RMC Sport

France-Tonga: le show Raka, le jeu brouillon des Bleus, le cœur des Tongiens... les tops et flops

Le XV de France s'est imposé dans la souffrance contre les Tonga (23-21). Un résultat acquis sans la manière qui permet aux Bleus de se qualifier en quart de finale de la Coupe du Monde. Au rayon des satisfactions, Alivereti Raka a marqué les esprits en faisant des différences énormes alors que la mêlée française est toujours en délicatesse. Globalement, le jeu français inquiète.

TOPS

La qualification en quart de finale

Avant le début de la Coupe du Monde, on aurait signé des deux mains pour une qualification en quart de finale avant même d'affronter le XV de la Rose lors du dernier match de poule. Si la manière n'est pas forcément au rendez-vous, il faut retenir le bilan comptable satisfaisant et ne pas bouder notre plaisir. Mine de rien, les Bleus sont sur une série en cours de quatre victoires. Evidemment, le XV de France devra sensiblement augmenter son niveau de jeu pour la suite de la compétition, mais l'essentiel est fait.

Le festival Raka

L'ailier jouait très gros ce dimanche. Après des sorties en deça des espérances, ce match s'apparentait à celui de la dernière chance pour lui. Sous pression, le joueur de Clermont s'est enfin libéré. Sur le premier essai, il réalise un festival en éliminant trois défenseurs avant de servir Vakatawa sur un plateau (6e). Raka inscrit également le deuxième essai après une initiative de Serin et un coup de pied recentrage (32e). Juste avant, le franco fidjien avait effectué un sacré numéro en traversant le terrain en soliste avant de perdre le ballon bêtement. Une action qui illustre parfaitement la force et la faiblesse du funambule. En seconde période, Raka a été beaucoup plus discret.

Le cœur des Tonga

Après avoir été menés 17-0 après une demi heure de jeu, on imaginait que les Tongiens allaient sombrer durant le reste de la rencontre en se prenant une raclée. C'était sous-estimer la fierté et l'orgueil de cette équipe. En se focalisant sur la puissance physique, les Tonga sont revenus dans le match au point de faire sérieusement douter les Bleus en début de seconde période. Il faut saluer la générosité et la solidarité des hommes de Toutai Kefu qui sont tombés les armes à la main.

FLOPS

La mêlée française chahutée

Déjà en souffrance contre l'Argentine (23-21) et dans une moindre mesure face aux Etats-Unis (33-9), la mêlée des Bleus a été étouffée par celle des Tonga. Face à un pack plus lourd, les partenaires de Chat ont été pénalisés à plusieurs reprises à l'imagine de Poirot (18e) et Slimani (42e). Un bras cassé en première période mi-temps, sanctionnant une anticipation des Français avant la poussée, symbolise le manque de confiance de la première ligne dans ce secteur. Il faudra absolument réagir en quart de finale, sous peine de se faire martyriser.

Le jeu sans fil conducteur des Bleus

Encore une fois, le XV de France a donné l'impression de n'avoir aucune identité. Bousculés dans les duels, les Tricolores se sont trompés dans le plan de jeu en cherchant l'affrontement plutôt que l'évitement. En début de match, les hommes de Jacques Brunel auraient pu se mettre à l'abri mais ont gâché plusieurs occasions sur des fautes de main inacceptables à ce niveau. L'imprécision a également coûté cher en défense avec un raté de Médard qui a complètement relancé les Tonga (48e).

La gestion de Ntamack 

Si les Bleus ont manqué de maîtrise, c'est aussi parce que Romain Ntamack n'a pas su dicter le jeu. Auteur d'une prestation encourageante contre l'Argentine, l'ouvreur a été trop discret ce samedi. A son actif, des erreurs techniques inhabituelles, notamment à la main, et une pénalité très abordable manquée en début de match. Alors que Camille Lopez avait éclairé l'animation française par deux coups de pied contre les Etats-Unis, le numéro 10 du jour a subi plus que contrôlé ce dimanche. Sans jamais avoir fait la différence.

Mehdi Elouar