RMC Sport

Lille, San Sebastian… Le président du Biarritz Olympique fait le point sur la possible délocalisation

Invité samedi dans les Grandes Gueules du Sport sur RMC, Jean-Baptiste Aldigé, le président du Biarritz Olympique, actuel 3e de Pro D2, a fait le point sur les différentes pistes en vue d’une relocalisation du club, en grande difficulté sur le plan financier.

Mais où va le Biarritz Olympique ? Club historique du rugby français avec cinq titres de champion de France dont trois dans les années 2000, le BO, 3e de Pro D2, fait face à de graves difficultés sur le plan financier.

Pour son président, Jean-Baptiste Aldigé, la maire biarrote Maider Arosteguy ne souhaite plus soutenir le club dans un projet professionnel, préférant axer ses investissements vers le tourisme. Dans l’impasse, le BO pourrait donc être relocalisé. A contrecœur. "Je ne demande pas aux supporters de s’en aller. Je suis contre une délocalisation du club mais à la fin du mois, il faut me donner une solution pour payer les salaires", a rappelé le président biarrot ce samedi matin sur RMC, dans les Grandes Gueules du Sport.

"San Sebastian ? Ils ne m’ont pas appelé"

Où pourrait se retrouver le club basque ? Les contacts avec Lille existent, reconnait Aldigé. "Le projet de trouver une terre d’accueil pour pouvoir préserver les 100 salariés qui travaillent dans la SASP Biarritz Olympique est en effet bien avancé", a-t-il indiqué, tout en précisant que le projet lillois n’est pas le seul à l’étude. "Il y a eu des contacts mais ce ne sont pas les seuls", a confirmé le dirigeant. Selon nos informations, Monaco et Rouen sont deux autres pistes. Le président biarrot ne les a pas démenties.

La ville du Pays-Basque espagnol de San Sebastian, distante de 46 km, est aussi évoquée. "J’adorerais aller vers San Sebastian, admet Aldigé. Ils ne m’ont pas appelé. C’est le voisin, c’est la même autorité politique, cela ne pourra pas se passer sans une décision politique des deux côtés."

En attendant que ces dossiers avancent, le patron du BO dit être "le premier déçu de la situation". "Notre rêve quand on a sauvé notre club, qui était déjà en difficulté financière il y a trois ans, ce n’était pas de déménager trois ans après. C’était de pérenniser le BO sur le territoire de Biarritz." L’avenir de l’historique formation basque pourrait neanmoins s’écrire ailleurs.

ABr avec les Grandes Gueules du Sport