RMC Sport

Rugby: les All Blacks sans pitié avec les Wallabies

La Nouvelle-Zélande s'est imposée ce dimanche, à Perth, face à l'Australie (38-21) pour une rencontre en retard comptant pour la deuxième journée du Rugby Championship. Les All Blacks reprennent la tête au classement, avant de retrouver l'Argentine dimanche prochain.

La Nouvelle-Zélande impitoyable avec l'Australie. Les All Blacks ont préservé leur invincibilité cette année en infligeant un troisième revers en trois matches (38-21) à leurs éternels rivaux les Wallabies, dimanche à Perth, lors d'un match en retard de la 2e journée du Rugby Championship.

Ce succès six essais à trois, avec le bonus à la clé, vient s'ajouter aux deux décrochés le mois dernier face à l'Australie, d'abord battue de peu (33-25) puis submergée mi-août à Auckland par des Néo-Zélandais intraitables en 2021. Les triples champions du monde (1987, 2011, 2015) ont remporté les six rencontres disputées depuis début juillet, en comptant celle face une sélection tongienne bis (102-0) et les deux devant les Fidji (57-23 puis 60-13).



Les retrouvailles avec l'Australie se sont transformées en duel à sens unique. Le sélectionneur David Rennie a eu beau dire que son équipe valait mieux que la gifle reçue en terres néo-zélandaises, les Wallabies ont encore beaucoup subi, et cumulé de nombreuses maladresses.

Deux essais leur ont été refusés dans une première période largement dominée par les All Blacks (18-0), pourtant réduits à quatorze après le carton rouge reçu par l'arrière Jordie Barrett pour un coup de pied au visage de Marika Koroibete après réception d'un ballon haut.

Il y avait pourtant des absences du côté néo-zélandais: l'ouvreur Richie Mo'unga, le demi de mêlée Aaron Smith, le deuxième ligne Sam Whitelock, tous les trois restés au pays pour un heureux événement, sans oublier le capitaine Sam Cane, blessé de longue durée. Mais ces forfaits ne se sont pas vraiment ressentis pour la première en tant que capitaine du N.8 Ardie Savea.

Un petit jeu au pied du numéro 10 star Beauden Barrett dans le dos de la défense australienne, a permis aux All Blacks de créer une brèche dans laquelle s'est engouffré le plus jeune de la fratrie Barrett, Jordie, pour inscrire le premier essai des siens. Pour ne pas arranger les affaires des Wallabies, l'ouvreur Noah Lolesio a complètement manqué une pénalité qui lui semblait offerte non loin des poteaux.

Les All Blacks ont dû jouer à quatorze pendant vingt minutes avant de pouvoir pallier l'absence de Jordie Barrett. Dans l'hémisphère Sud, le remplacement après carton rouge est permis. Mais cela n'a pas entravé leur marche en avant devant des Wallabies encore imprécis à l'image de l'arrière Tom Banks qui gâchait une nouvelle munition avec un ballon mort et un essai refusé à Koroibete pour avoir rampé. Dans la foulée, les All Blacks ont enfoncé le clou sur ballon porté conclu par David Havili, qui marquait le premier de ses deux essais, juste avant la pause.

Les All Blacks prennent la tête

Au retour des vestiaires, les Wallabies se sont rebellés. Leur talonneur Folau Fainga'a a trouvé la faille, alors que, paradoxalement, les Néo-Zélandais n'étaient plus en infériorité numérique. Le demi de mêlée Nic White, entré en seconde période, a aussi aplati avant un troisième essai de Banks. Mais ce n'était qu'illusion pour les Wallabies.

Les All Blacks ont ajouté quatre essais à leur pécule en marquant, le plus souvent, en contre-attaque. L'écart aurait été plus grand avec moins de ratés devant les perches. Avec cette victoire probante, ils prennent la tête du Rugby Championship, devant les champions du monde sud-africains.

Dimanche prochain, les All Blacks croiseront la route de l'Argentine, qui leur avait infligé une défaite historique l'an passé dans ce même tournoi. Les Australiens, eux, se frotteront aux Springboks avec l'ambition d'inscrire, enfin, leurs premiers points au classement.

AFP