RMC Sport

Bernard Laporte, en larmes à la tribune, se défend: "Quand on m’attaque, on attaque le rugby"

Bernard Laporte a répondu aux accusations dont il est l’objet, ce samedi, en marge de l’assemblée générale extraordinaire de la Fédération française de rugby (FFR). Et le dirigeant n'a pas masqué son émotion quand la réforme de la gouvernance du rugby a été adoptée.

La réforme de la gouvernance du rugby français présentée par Bernard Laporte a été adoptée avec 83% des suffrages par l’Assemblée générale extraordinaire de la FFR, ce samedi, au Palais des Papes d’Avignon. Les résultats promulgués, le dirigeant est apparu extrêmement ému, en larmes. Il a martelé l'importance historique de l'AG ("Vous pourrez dire j'y étais"). Avant de s'exprimer sur les affaires auxquelles il est mêlé.

"Quand on m'attaque, on attaque le rugby"

"Quand on m’attaque, on attaque le rugby, a martelé Bernard Laporte. Quand je vois les gens qui m’attaquent, j’ai envie de rire. Je veux bien comparer ma vie et la leur, mais c’est médiocre. J’aurais pu rester dans le monde professionnel, j’y étais très bien, j’ai entraîné les meilleurs joueurs, j’ai gagné beaucoup d’argent et j’aurais pu en gagner encore plus. Et j’ai décidé, à 52 ans, de venir bénévolement aider le monde amateur. Ça les gêne, ces gens ? Ça me surprend."

À lire aussi >> Top 14: Boudjellal égratigne Altrad avant le choc Montpellier-Toulon

"On a senti la cabale de certains qui ont perdu"

"On n’est pas des poussins de six semaines, heureusement, a poursuivi Bernard Laporte. On a senti la cabale de certains qui ont perdu, d’autres que ça gène que nous soyons au pouvoir. Mais c’est comme ça. C’est la vie des hommes. Il faut faire avec. Comme disait un ancien président de la République qui est un ami : ‘Tu sais, ce que tu as fait, Bernard, c’est énorme. Ce que vous avez fait, ça n’existe pas, de rayer d’un trait 80 ans d’autorité sur un sport'. Il fallait s’attendre à ça car c’est malheureusement la nature humaine. Sincèrement, je ne suis pas très touché par tout ça. Ce qui me gêne des fois, c’est l’incompréhension. Je me dis que ce n’est pas possible."

À lire aussi >> Laporte/Altrad: "Un tel contrat n’aurait jamais dû exister", réagit Paul Goze

TB avec Laurent Depret