RMC Sport

Biarritz-Bayonne: la Préfecture contre-attaque après la charge d'Aldigé, président du BO

Dans un communiqué ce dimanche soir, la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques a défendu le sous-préfet de Bayonne, mis en cause par les propos de Jean-Baptiste Aldigé, président du BO. La polémique enfle après la rencontre entre Bayonne et Biarrtiz en raison du non respect des règles sanitaires.

Le derby basque a offert samedi au Biarritz Olympique un billet pour le Top 14, disposant de Bayonne, qui descend en Pro D2 après des tirs au but. Et les tribunes du stade Aguiléra étaient bien remplies pour l'occasion, sans doute trop, alors que la rencontre devait se jouer en respectant la jauge de 5.000 spectateurs.

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques n'a pas hésité à demander des sanctions contre le BO. Jean-Baptiste Aldigé, président du club biarrot, s'est lui défendu dans un entretien à RMC, assurant avoir respecté les règles.

"On a regardé encore hier (samedi) le logiciel (de billets vendus) et il y avait 5.000 personnes, comprenant d’ailleurs les cinq invitations, un peu sous le manteau, que m’avait demandées le sous-préfet de Bayonne pour être au match lui et sa famille, a ainsi rétorqué Aldigé. Je ne sais pas ce qu'il se passe. Moi, je retiens surtout qu’il y avait 5.000 personnes au stade qui étaient heureuses."

La Préfecture dénonce des attaques personnelles

Dans un communiqué ce dimanche soir, la Préfecture des Pyrénées-Atlantique a riposté après les déclarations du président du BO, défendant le sous-Préfet de Bayonne.

"Suite aux propos tenus dans la presse par le président du Biarritz Olympique, le préfet des Pyrénées-Atlantiques déplore qu’en lieu et place d’explications sur le non-respect des règles sanitaires, celui-ci ait préféré attaquer et tenir des propos mensongers à l’égard d’un fonctionnaire d’État, indique le communiqué. Le préfet renouvelle toute sa confiance au Sous-préfet de Bayonne et tient à la disposition de la presse la preuve que celui-ci a acheté en toute transparence des places pour sa famille. Il a à cet effet remis un chèque pour 5 places à 30 euros pièces devant témoins à son arrivée au stade, conformément aux dispositions arrêtées par le club et qui ont fait l’objet d’échanges de courriels."

"Si vous avez mon numéro monsieur le Préfet, vous pouvez m’appeler. On peut échanger. Il n’y a pas besoin de se tirer dessus dans la presse ou de faire des communiqués", avait aussi déclaré Jean-Baptiste Aldigé, en réponse aux menaces de sanctions du Préfet. "Les faits constatés hier lors du match opposant le Biarritz Olympique et l’Aviron Bayonnais s’agissant du non-respect des règles sanitaires sont sans équivoques, relaie également le communiqué de la Préfecture ce dimanche soir. Néanmoins, comme le préfet des Pyrénées-Atlantiques l’a annoncé ce matin, le principe du contradictoire suivra son cours normal lors des prochains jours."

GL