RMC Sport

La maire de Biarritz réagit à la polémique sur le non-respect des règles sanitaires contre Bayonne

Maider Arosteguy, maire "Les Républicains" de Biarritz, s'est exprimée ce dimanche sur BFMTV après les déclarations de la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques déplorant le non-respect des règles sanitaires lors du derby basque Biarritz-Bayonne samedi. Alors que la jauge de 5.000 spectateurs devait être respectée, les tribunes étaient particulièrement remplies.

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques a fermement condamné le non-respect des règles sanitaires anti-coronavirus pendant le derby basque Biarritz-Bayonne en barrage Top 14/Pro D2. Alors que la jauge de 5.000 spectateurs devait être respectée, les tribunes étaient particulièrement remplies. Comment réagissez-vous à cette polémique ?

J’étais au stade (Aguilera), à une encablure du président de la Ligue (René Bouscatel). Le commissaire de police de Biarritz était derrière moi, le sous-préfet juste au-dessus. Le match semblait se dérouler sans aucune anicroche, dans une ambiance absolument incroyable. C’est quand le sous-préfet a quitté les lieux, sur ordre du préfet parce que les conditions sanitaires n’étaient pas respectées, en particulier à cause de la jauge, qu’on a pris conscience que quelque chose était en train de se passer.

Pourquoi les règles sanitaires n'ont pas été respectées ?

Je n’ai pas de réponse à vous faire parce que le président du BO (Jean-Baptiste Aldigé) a montré un document comme quoi le nombre de billets vendus était bien à 5.000 et pas plus. C’est vrai qu’il y avait l’air d’avoir beaucoup de monde dans ce stade. Le président du BO se défend. Je ne sais pas ce qui s’est passé pour qu’il y ait eu plus de 5.000 personnes dans le stade.

Etes-vous inquiète en vue des prochains jours ?

En théorie, les spectateurs qui ont assisté à ce match étaient soit vaccinés et ont dû le démontrer, soit ils avaient fait un test PCR. En principe, les personnes présentes étaient non-contaminées au moment du match. C’est comme ça qu’on nous l’a vendu. Mais par souci de protection des Biarrots et des spectateurs, je vais proposer au centre de vaccination installé à Biarritz, d’ici huit jours, que soit proposé aux personnes qu’ils le souhaitent un test de dépistage au Covid-19. Cet événement reste quand même un événement extraordinaire.

Allez-vous demander l'ouverture d'une enquête ?

Il faut savoir que la propriété du stade a été donnée au BO il y a une vingtaine d’année, c’est donc un lieu privé. Ma responsabilité était d’organiser et de surveiller la sécurité dans la fan-zone et l’ordre public en ville. A l’intérieur du stade, qui est un lieu privé, c’est le sous-préfet qui a organisé toute la sécurité avec le club. Je fais confiance au préfet, au procureur et aux membres de la Ligue pour faire toute la lumière sur cette affaire et prendre les mesures qui s’imposent de façon à ce que le club ne soit pas particulièrement pénalisé.

Comment ça s’est passé en ville après le match ?

Il y avait beaucoup de monde, beaucoup de joie. Mais à 23h, les cafetiers et les restaurateurs ont fermé leurs établissements, la foule s’est dispersée. C’était une ambiance bon enfant, il n’y a eu aucun débordement.

RR