RMC Sport

Dusautoir : « Nous avons relevé la tête »

Thierry Dusautoir

Thierry Dusautoir - -

Après deux défaites consécutives, le Stade Toulousain s’est parfaitement relancé ce dimanche en s’imposant à Castres (16-18). Un gros coup qui ravit le capitaine Thierry Dusautoir, heureux de la réaction d’orgueil de ses partenaires.

Thierry, le Stade Toulousain, qui était critiqué après deux défaites consécutives, a donné une belle réponse contre Castres…

Cela arrive de perdre deux matches d’affilée, d’autant qu’ils étaient à l’extérieur. Si on gagne le prochain (à Mont-de-Marsan, ndlr), ça effacera peut être la déception des Ospreys… Nous avons un mois de janvier très important pour nous, avec notamment la qualification à aller chercher en Coupe d’Europe, et nous allons nous concentrer là-dessus.

Les critiques sont-elles venues trop vite ?

Non, nous avons fait un mauvais match contre les Ospreys, où nous n’avons pas mis les ingrédients nécessaires pour gagner. Contre Grenoble, c’était encore différent puisque nous sommes tombés sur meilleurs que nous ce jour-là. Nous avons réussi à relever la tête aujourd’hui en venant gagner à Castres, ce qui est très bien pour l’ensemble du groupe. C’est positif d’avoir cassé cette série de deux défaites. On avait envie de faire un bon match et je pense que nous avons réussi au niveau de l’état d’esprit. Toutes les équipes ne viendront pas s’imposer à Pierre-Antoine !

« On peut rêver à de belles choses »

Votre équipe est revenue à des choses simples pour se rassurer…

C’est exactement ça. Nous voulions gagner, Castres aussi, et ils ont essayé de faire la même chose. C’était très serré. Nous avons été plus précis qu’eux, peut-être un peu plus disciplinés, ce qui nous a permis de l’emporter.

Cette année n’est-elle pas plus difficile que les autres pour vous, que ce soit en championnat ou en Coupe d’Europe ?

Chaque année, c’est dur ! Nous ne sommes pas toujours écoutés à ce niveau-là. On parle de langue de bois mais on le dit chaque année et celle-ci ne fait pas exception. Ce sera dur pour nous, mais aussi pour les autres. Si on a la santé et l’enthousiasme, on peut rêver à de belles choses. On sait tous que le parcours est long et semé d’embuches, et nous avons rarement eu des saisons linéaires. Ce soir, nous sommes troisièmes et il nous reste deux matches pour aller chercher la qualification en Coupe d’Europe.

Le titre de l'encadré ici

Labit : « Nous aimerions être reconnus comme les autres… »|||

Avec la défaite concédée face à Toulouse, Castres met fin à une série de 15 matches sans défaite à domicile en Top 14 (13 victoires et 2 nuls). De quoi offrir aux Toulousains une première victoire au stade Pierre-Antoine sous l’ère du duo Travers-Labit. Et ce dernier n’a pas, mais alors pas du tout, apprécié le déroulé de ce revers. Après avoir pesté au match aller contre l’essai accordé à la dernière minute à Matanavou et Toulouse, Laurent Labit a remis ça après avoir revu les images de l’essai refusé à Rory Kockott en fin de match pour un en-avant qui, selon lui, n’existe pas. « Nous avons beaucoup de respect pour notre adversaire du jour, pour ce qu’il représente et ce qu’il est, concède l’entraîneur castrais. Malheureusement, cette saison, on perd le match aller (23-22, lors de la première journée, ndlr) sur un essai accordé à Toulouse qui n’y était pas, et le retour sur un essai refusé pour nous pour un en-avant qui n’y était pas non plus. Le constat est là… On sait que c’est particulier de rencontrer Toulouse. Ils ont mérité leur statut et leur reconnaissance. Simplement, des fois, nous aimerions aussi être reconnus comme les autres… »

Propos receuillis par Wilfried Templier