RMC Sport

Elections à la LNR: "Ma candidature n’aurait aucun sens dans ce contexte", explique Fonteneau

Jean-François Fontenau et Philippe Sella

Jean-François Fontenau et Philippe Sella - ICON SPORT

Le président d’Agen Jean-François Fonteneau étudiait la possibilité de se lancer dans la course aux élections à la présidence de la LNR. Ce n’est plus d’actualité. Il s’explique pour RMC Sport.

Ça s’active en coulisses en vue des élections à la présidence de la Ligue Nationale de Rugby. Les positionnent s’affinent et les camps se dessinent bien plus clairement. Depuis quelques jours, le président de La Rochelle Vincent Merling, qui n’a pas encore officiellement déclaré sa candidature, voit sa cote nettement remonter. Soutenu par plusieurs présidents de Top 14, à commencer par le puissant homme fort du Racing 92 Jacky Lorenzetti, mais aussi par bon nombre de clubs de Pro D2 réunis en début de semaine, Merling apparait aujourd’hui en nette position de force avant le verdict du 23 mars.

Ces dernières semaines, d’autres noms ont circulé. Alain Tingaud, actuel vice-président de la LNR, ne s’est pas non plus encore lancé officiellement. René Bouscatel, l’ancien patron du Stade Toulousain, y pense très fortement mais en l’état il n’est franchement pas le favori de ces futures élections. Reste le cas de Jean-François Fonteneau. Le président d’Agen, dernier du Top 14 sans la moindre victoire en quinze matchs et déjà condamné à la Pro D2, était en position d’attente, sans là non plus publiquement se déclarer. Mais ce proche de Bernard Laporte, président de la FFR, semblait proche d’y aller il n’y a pas si longtemps.

Fonteneau va se concentrer sur son club

Fonteneau, visiblement refroidi par les retours des derniers jours, est désormais très clair. "Je n’ai jamais présenté ma candidature, a-t-il indiqué à RMC Sport. Au regard visiblement de la volonté des clubs professionnels de s’orienter vers un fonctionnement porté par d’autres, je ne vais pas surtout pas venir en opposition On a d’autres combats, moi notamment. Je suis très pris par mon club, en étant actionnaire majoritaire. La situation que l’on vit et cette saison cauchemardesque m’incitent à rester très près de mes préoccupations de mon club."

De candidature, il n’en est donc pas ou plus question. "Je ne l’ai jamais été, souligne Fonteneau. Cela a été, à un certain moment, une possibilité parce que je voulais représenter un courant modérateur, faire le lien entre les deux instances (ndlr: la LNR et la FFR), et éventuellement effectuer des modifications de statut. Dans les faits, je prends acte et, au regard du contexte actuel, ça m’arrange. Ma candidature et le courant que je porte ne présentent aucun intérêt au vu des situations diverses et variées que j’entends autour de moi, elle n’aurait aucun sens dans ce contexte."

Jean-François Paturaud