RMC Sport

Hidalgo inquiète, Boudjellal agacé… la fusion Racing 92-Stade Français fait réagir

Mourad Boudjellal

Mourad Boudjellal - AFP

L’annonce surprise de la fusion entre le Racing 92 et le Stade Français suscite de nombreuses réactions. Anne Hidalgo, la maire de Paris, exprime quelques inquiétudes. Les présidents du Top 14, eux, ont des sentiments contrastés.

« Le Stade Français a une responsabilité vis-à-vis de Paris »

Anne Hidalgo, maire de Paris

« Il est légitime que ces clubs réfléchissent à leur avenir et à leur rayonnement en France et en Europe, mais leurs dirigeants ne doivent pas oublier que ces clubs ont aussi un ancrage local fort, que leur développement et leur réussite sont intimement liés aux villes qui les accueillent, aux supporters qui les soutiennent, et que le Stade Français a en cela une responsabilité particulière vis-à-vis de Paris (…) (Le stade Jean Bouin) a été entièrement rénové par la Ville de Paris sous la précédente mandature pour assurer aux joueurs les meilleures conditions d'entraînement et de match. Cette fusion ne doit pas tirer un trait sur tout cela. »

« Ça fausse le championnat »

Mourad Boudjellal, président du RC Toulon

« Comme beaucoup je pensais qu’on était le 1er avril. Mais bon, à y regarder de près, ce n’est pas une fusion, c’est un rachat. Je pense que Thomas Savare voulait vendre le Stade Français depuis un moment, pour des raisons familiales. Il a trouvé la solution de se faire racheter par le Racing pour récupérer sa mise. Et on a habillé ça en faisant un communiqué vertueux, en disant qu’on voulait créer un grand club à Paris. Mais c’est un simple rachat (…) Quand je vois tout ce qu’il se passe, j’ai l’impression que la Ligue n’est plus du tout tenue. Au secours, ça part dans tous les sens ! Où est l’équité sportive ? Une annonce comme ça doit être faite en fin de saison. Pourquoi la faire maintenant, à six journées de la fin ? Le secret était trop lourd à porter ? Ils auraient pu le démentir si des bruits avaient fuités. Pour moi, ça fausse le championnat et si l’an prochain, on ne veut pas fausser le championnat, on a l’obligation de passer à un Top 16. »

>> Moscato : "La fusion est catastrophique, c'est contre nature"

« Ça pose beaucoup de questions »

René Bouscatel, président du Stade Toulousain

« C’est beaucoup de surprises. J’attends les éclaircissements parce que ça me paraît difficile pour les conséquences sur cette saison sportive, sur la qualification pour la Coupe d’Europe et sur les compétitions de l’an prochain, que ça soit le Top 14 et la Coupe d’Europe. Je suis dans l’attente et je ne pourrais réagir qu’en fonction des réponses qui seront données parce que c’est quelque chose qui concerne ces deux clubs, pour lesquels je suis très respectueux et amical. Si ce qui est dit est fait, ça pose beaucoup de questions. »

>> Top 14/Pro D2 : la FFR bloque les calendriers pour la saison prochaine

« Un grand club à Paris, ça ne me gêne pas »

Eric Pilaud, président de Grenoble

« Quand je vois le potentiel de spectateurs de Paris, c’est un club qui pourrait jouer régulièrement devant 50 000 à 70 000 spectateurs. En tant qu’amateur de rugby, et même pour mon équipe lorsqu’elle sera en Top 14, ce sont des moments inoubliables. Donc avoir un très grand club à Paris, ça ne me gêne pas. Après, je ne joue pas dans la même Ligue. Je comprends que les clubs qui jouent le titre ne soient pas contents qu’un concurrent s’arme plus fortement qu’eux. Je ne suis pas surpris. Mais ce n’est pas seulement un club fort, ce sont aussi deux clubs formateurs. »

dossier :

Stade Français