RMC Sport

Novès-Laporte, la tension monte

Guy Novès

Guy Novès - -

A deux jours de la finale du Top 14, le manager du Stade Toulousain, invité du Moscato Show, n’a pas caché son agacement concernant l’affaire Carl Hayman. Bernard Laporte, son homologue toulonnais, lui a répondu sur l’antenne de RMC.

L’affaire Carl Hayman (le cas du pilier du RC Toulonnais, suspendu pour la finale du Top 14 après un plaquage dangereux en Coupe d’Europe, sera examiné ce vendredi par la commission d’extension des sanctions de la FFR et de la LNR).

Guy Novès : « Les règlements changent à tout moment. On les adapte en fonction des événements. On est dans un rugby qui est loin du professionnalisme. On se fait des politesses. C’est nouveau, ça vient de sortir. J’ai eu des joueurs suspendus et je ne me souviens pas avoir eu des remises de peine. Je souris de ça. Mais si vraiment il est requalifié, ce sont de grands portails qui s’ouvrent pour les prochains suspendus. Et puis dans ce cas, je ne comprends pas pourquoi on se réunit. Les gens se foutent de la gueule du monde. S’il y avait un vice de procédure, il ne fallait pas le suspendre dès le départ. Etre suspendu, ça fait partie de la compétition. »

Bernard Laporte : « Guy n’a pas tort. Mais on n’a pas toujours envie d’être les dindons de la farce. Ce n’est pas moi qui me suis occupé de ça. Apparemment, il y a un vice de procédure ou je ne sais quoi. La commission tranchera. Ce n’est pas moi qui vais le faire. Moi, je ne suis jamais rentré dans le vestiaire d’un arbitre. Donc il ne faut pas donner de leçon. Bien sûr que la présence d’Hayman nous ferait du bien. C’est évident. Mais il faut être logique. Quelqu’un qui est suspendu en Coupe d’Europe pourrait ne pas être suspendu en championnat. Et vice-versa. Il faudrait une séparation des sanctions. Ça serait bien pour tout le monde et ça éviterait les problèmes de ce genre. »

La finale du Top 14

Guy Novès : « Je redoute tout de Toulon. Cette équipe a été capable de nous battre sur son terrain. Derrière, ils ont enchainé la finale du Challenge Européen et les barrages. Ensuite, ils ont sorti Clermont, qui était le favori pour le titre, en demi-finales. C’est une équipe capable d’enchainer les matches de haut niveau. Ils proposent des matches durs. Ils ont cinq ou six joueurs qui ont disputé une finale de Coupe du monde. Leur paquet d’avants est exceptionnel. Je crains évidemment la botte de Wilkinson et la capacité de Giteau à renverser un match. Leurs deux ailiers sont des finisseurs et des relanceurs. C’est une équipe très complète. »

Bernard Laporte : « On va jouer une grande équipe de Toulouse. Tout le monde connait son palmarès. Moi, ça fait 8 mois que je suis à Toulon. Le club est remonté en première division il y a 3 ans. On a le privilège de jouer une finale, la deuxième de l’année après le Challenge Européen. C’est un beau parcours. Au niveau de l’élite, Toulon est un vieux club et un club neuf à la fois. Il y a de l’expérience de chaque côté. Je ne pense pas qu’une équipe va craquer. La finale se jouera sur des détails, comme la réussite des buteurs, beaucoup de choses qu’on ne peut pas prévoir. C’est ce qui fait la beauté de ce sport. »