RMC Sport

Racing: Lorenzetti craignait que le Stade Français soit racheté (par le Qatar ?)

Jacky Lorenzetti, le président du Racing

Jacky Lorenzetti, le président du Racing - AFP

Au lendemain de l’annonce surprise du projet de fusion entre le Racing et le Stade Français, Jacky Lorenzetti a reconnu sur France Info ce mardi que la possibilité que le club parisien puisse être racheté par un riche investisseur, par exemple le Qatar, a influé sur sa décision.

Le Stade Français aurait-il pu devenir trop gros pour le Racing ? Sur France Info ce mardi, au lendemain de l’annonce retentissante du projet de fusion entre le Racing et le Stade Français, Jacky Lorenzetti a reconnu que la perspective de voir le club parisien être racheté par un riche investisseur, peut-être le Qatar, a compté dans sa décision de lancer le rapprochement entre les deux rivaux d’Ile-de-France.

"La crainte de voir le Stade Français trouver une solution différente de celle de la fusion m'a interpellé, effectivement, explique le président du Racing, interrogé sur un éventuel rachat qatari. Plutôt additionner le Stade Français [au Racing 92, ndlr] que de prendre le risque de se retrouver dans une concurrence qui aurait pu être faussée." Cette motivation peut quand même paraître curieuse, même si le fondateur de Foncia se défend de vouloir "avaler" le Stade Français.

A voir aussi >> Projet de fusion: pendant ce temps, les joueurs du Stade Français s'entraînent... au foot

"Il ne s'agit pas d'absorber le Stade Français"

"Il ne s'agit pas d'absorber le Stade Français, assure Jacky Lorenzetti. Ce n'est pas ce qu'on a dit. On a dit qu'on faisait une fusion et que le capital serait détenu à parité ou de façon équilibré entre Thomas [Savare, ndlr] et moi. D'ailleurs, on l'a montré dans l'organigramme, puisque Thomas est président du conseil de surveillance. C'est lui qui va me nommer président du directoire."

"Le directeur général du club sera le directeur général actuel du Stade Français, poursuit le président du Racing. Au niveau sportif, ce sont mes deux entraîneurs du Racing qui seront à la manœuvre. Et pour le reste de l'organigramme, on va voir les collaborateurs des deux clubs et on va essayer de trouver un bel organigramme avec tout ce monde."

A voir aussi >> Stade Français: "Ils nous plantent un coup de couteau dans le dos", lâche Danty