RMC Sport

Stade Français: Sempéré, une affaire qui va faire date

Laurent Sempéré

Laurent Sempéré - AFP

Suspendu quinze semaines par la commission de discipline de la Coupe d’Europe pour une fourchette présumée sur un joueur de Leicester, Laurent Semperé a vu sa sanction ne pas être étendue au championnat de France. Une première historique.

On s’attendait éventuellement à ce qu’elle aggrave son cas. Mais c’est une toute autre décision que la commission mixte d’extension a prise après l’étude du cas de Laurent Semperé, ce lundi à Marcoussis. Le talonneur du Stade Français s’était fait rattraper par la patrouille mi-janvier pour une fourchette présumée sur un joueur de Leicester, en phase de poules de la Champions Cup. Semperé avait écopé de quinze semaines de suspension, une sanction en principe applicable aussi bien en Coupe d’Europe qu’en Top 14.

Mais depuis ce lundi, l’intéressé n’est plus suspendu en France, la commission mixte d’extension ayant refusé d’étendre sa sanction au territoire hexagonal. La raison ? L’instance a relevé des erreurs d’appréciation dans la prise de décision de la commission de discipline de la Coupe d’Europe. Ce dernier avait ainsi été puni alors qu’aucune image n’avait montré de mauvais geste de la part du joueur du Stade Français.

Laporte : « Ça va faire jurisprudence »

Condamné sur une « présomption de culpabilité », Laurent Semperé avait même été convié à dénoncer un de ses partenaires. Bonne nouvelle pour le joueur, qui sera uniquement suspendu en Coupe d’Europe et, par conséquent, pour le quart de finale contre… Leicester. Mais c’est surtout une première historique puisque la commission mixte d’extension a déjugé la commission de discipline de la Coupe d’Europe. « C’est une très bonne chose, confie notre consultant rugby et membre de la Dream Team RMC Sport, Bernard Laporte. Elle a analysé et décidé que c’était sévère. Je trouve ça logique. Ça va faire jurisprudence. Je suis pour la dissociation des peines. Quelqu’un qui est suspendu en Coupe d’Europe doit être suspendu en Coupe d’Europe. »

Sébastien Chabal, lui voit plus loin. « J’avais vu les images et on ne voyait rien du tout, explique l’ancien international français. Après, il y a une grande question qui se pose, c’est la légitimité des instances. Comment l’instance de la Coupe d’Europe peut infliger ça alors que la nôtre estime que ce n’est pas logique et peut le faire rejouer en championnat ? » Le débat est lancé.