RMC Sport

Top 14 : le Racing en finale après un feu d’artifice

La joie des joueurs du Racing

La joie des joueurs du Racing - AFP

Au terme d’une magnifique rencontre pleine de suspense conclue en prolongation ce vendredi à Rennes, le Racing 92 a dompté (34-33) Clermont en demi-finales du Top 14. Les Franciliens défieront Montpellier ou Toulon en finale, au Camp Nou de Barcelone, vendredi prochain.

Laborieux, cadenassé, réduit à une bataille de muscles sans imagination, le Top 14 ? Après le magnifique spectacle offert par Clermont et le Racing 92 ce vendredi sur la pelouse du Roazhon Park de Rennes, il convient d’en douter. Même la sacro-sainte pression des fameux matches de phase finale n’y a rien changé. Etait-ce l’effet des binious bretons ? Les deux équipes ont tout lâché pour nous offrir 80 minutes de haute volée, nourries de franchissements, de suspense, d’intentions, d’essais (5), de relances, de drops qui frôlent le poteau, de combat, du sang en témoigne le maillot de Yannick Nyanga, et même d’une prolongation.

A lire aussi >> Clermont : Azéma ne comprend pas les décisions vidéo

Le scénario ? Le Racing 92, éclairé par la botte de Carter (16 points), a fait la course en tête. Mais jamais les Franciliens, finalistes malheureux de la Champions Cup, ne se sont détachés. Leader du Top 14 au terme de la saison régulière, Clermont tient lui aussi de sacrés atouts dans ses manches. La cohésion des avants, mise en lumière sur le premier essai de Fritz Lee (40e). Mais aussi les jambes de Wesley Fofana qui s’en ira aplatir pour l’égalisation (27-27, 62e).

Plus rien ne sera ensuite marqué jusqu’à la fin du temps réglementaire. Le public pouvait se régaler d’un dessert de deux fois dix minutes de jeu, avec en ligne du mire une hypothétique séance de tirs au but façon rugby. Hypothétique, car au bout de la prolongation, celui qui a marqué le plus grand nombre d’essais l’emporte. En cas d’égalité d’essais, on passe au nombre de pénalités…

Carter au bout du suspense

A ce petit jeu, le Racing était devant. Deux coups de pompe venus d’ailleurs ont tout changé une première fois. Scott Spedding d’une pénalité de plus de 50 mètres a d’abord permis aux Jaunards de prendre le score (87e). Cinq minutes plus tard, Brock James, côté gauche, à 45 mètres des poteaux, tentait le drop. Réussi. Magnifiques de courage, les Jaunards tiennent, jusqu’à cette interception de Juandre Kruger.

Le deuxième ligne sud-africain transmet à Juan Imhoff, qui s’en va aplatir à deux minutes du buzzer. L’arbitrage vidéo demandé sur l’action évitera un ultime sursaut cardiaque aux hommes du Racing, malgré un doute sur un en-avant. Imperturbable, Dan Carter passe la pénalité et donne un point d’avance aux siens. Le Racing tient sa deuxième finale de l’année.

"On s'est donné le droit de travailler une semaine de plus et il va falloir faire avec nous, prévient Laurent Labit, le co-entraîneur du Racing. Ce qui a été dit cette semaine sur la fraîcheur, les styles de jeu, les équipes qui jouent, qui ne jouent pas... On a gagné trois fois Clermont cette saison. Même si le résultat se joue sur un coup de dé à la fin, sur la saison, on méritait peut-être plus qu'eux d'aller en finale, comme les adversaires qu'on a battus jusqu'à présent. Croyez-bien qu'on est très content, mais qu'il nous reste encore un truc à faire..." 

les Saracens brisent le rêve européen du Racing >> A lire ici