RMC Sport

Top 14: une journée sous tension après l’annulation de France-Fidji

INFO RMC SPORT. Les internationaux français, pourtant libérés par le staff des Bleus vendredi midi en raison de l’annulation de France-Fidji, ne joueront quasiment pas en Top 14 ce week-end. Des tensions sont nées avec les clubs ces dernières heures.

Depuis ce vendredi matin, les téléphones des managers et présidents de clubs du Top 14 ont chauffé. Certains ont reçu, dans la matinée, un appel de la Fédération pour les avertir que le match du XV de France contre les Fidji, prévu dimanche, allait être reporté. C’est le cas du Stade Toulousain, principal fournisseur d’internationaux, par exemple. Mais d’autres regrettent de ne pas avoir été contactés. Les réunions se sont enchainées, notamment pour Bernard Laporte et Serge Simon, avec les dirigeants fidjiens et les responsables du comité des VI Nations. Pendant ce temps-là, Charles Ollivon et ses partenaires s’entrainaient comme si de rien n’était à Marcoussis. Presque. Car dès la veille, la rumeur d’un possible report circulait.

Une fois l’annulation actée, mais pas encore officialisée - il faudra attendre 17h - les joueurs préparent leurs valises pour rentrer chez eux. Les Toulousains, accompagnés du Castrais Anthony Jelonch, montent dans un van. Direction l’aéroport. Pareil un peu plus tard pour les autres, notamment Charles Ollivon et Jean-Baptiste Gros qui rejoignent Toulon. Tous retournent à la maison mais aussi dans leurs clubs pour éventuellement disputer la 9e journée de Top 14 ce week-end. La Ligue, elle, n’aurait pas eu le moindre contact avec la FFR avant le milieu d’après-midi, une fois la réunion terminée des dirigeants fédéraux avec le comité des VI nations. Jusque-là, la LNR n’avait eu, selon les informations de RMC Sport, aucun retour quant au sujet de la libération des joueurs et au fait qu’ils puissent évoluer en clubs pour ce week-end.

La question des tests PCR

Les managers de clubs allaient-ils les utiliser ? Selon nos informations, les joueurs eux-mêmes se sont interrogés. Devaient-ils ou non jouer avec leurs clubs ? Et risquer de se blesser ? Certains dirigeants craignent que le staff ne leur ait mis une petite pression. "Ils leur ont dit que ça serait bien de ne pas jouer", peste l’un d’entre eux. Le manager Raphaël Ibanez et le sélectionneur Fabien Galthié auraient indiqué aux joueurs qu’ils devaient être en forme à leur retour, lundi à Marcoussis, pour préparer le déplacement à Edimbourg. En gros, il n’était pas question de les en dissuader, mais ils engageaient leur responsabilité individuelle.

Plusieurs dirigeants de clubs se sont également interrogés sur le protocole sanitaire ? En Top 14, les équipes effectuent des tests PCR 72 heures avant les matchs. Seulement, selon nos informations, les Bleus n’ont été testés qu’en début de semaine, lundi plus exactement. Pour aucun cas positif. Le sujet a d’ailleurs été examiné par anticipation par la commission d’expertise de la LNR dès jeudi soir. Néanmoins, étant donné que les joueurs de l’équipe de France sont restés "dans une bulle sanitaire totalement étanche", pour reprendre le courrier de la Ligue aux clubs vendredi, "la commission d’expertise considère qu’il n’y a pas de d’objection à ce qu’ils participent aux rencontres de Top 14 ce week-end".

Et pourtant, ça ne sera pas le cas. Hormis Teddy Baubigny, remplaçant avec un Racing 92 totalement démuni au poste de talonneur, les Bleus ne joueront pas. Aucun des titulaires potentiels contre les Fidji ne foulera les pelouses de Top 14. Même pas au MHR, pourtant particulièrement décimé. Les clubs ont logiquement préféré s’appuyer sur ceux qui ont préparé le match tout au long de la semaine. Mais, toujours selon nos informations, certains managers de Top 14 auraient montré des signes d’agacement vendredi contre le staff du XV de France. "Galthié s’est mis le feu", selon une source. Plusieurs entraineurs, frustrés par la situation, regrettent en effet d’avoir été prévenus tardivement. Et surtout, ils pensaient récupérer leurs internationaux lundi pour basculer sur la suite du championnat, avec pour certains des matchs en retard à disputer la semaine prochaine, et pour d’autres bénéficier d’une semaine de congés qui sera difficile à caser.

Jean-François Paturaud