RMC Sport

Top 14: Urios allume le Racing après le geste de Thomas, "ils nous prenaient pour des cons"

Après la large victoire de l’UBB sur la pelouse du Racing ce dimanche soir en Top 14 (37-14), Christophe Urios a expliqué avoir utilisé comme ressort auprès de ses joueurs certaines attitudes franciliennes, notamment un geste chambreur de Teddy Thomas en première période.

Le ballon en main, à l’arrêt, il fait signe à son adversaire de s’approcher. Ce geste chambreur de Teddy Thomas, très surprenant en plein match, a peut-être fait basculer le sort de Racing-UBB ce dimanche soir lors de la 11e journée de Top 14. Car à la pause, dans le vestiaire aquitain, Christophe Urios s’est appuyé sur cette action pour piquer l’orgueil de ses joueurs. Et devinez quoi ? Santiago Cordero, qui était visé par Teddy Thomas sur cette fameuse séquence, a planté trois essais (50e, 54e, 64e), participant grandement au renversement de la situation à la Paris La Défense Arena (14-6 pour le Racing à la mi-temps, 37-14 pour l’UBB à la fin).

"Je leur ai dit trois choses. Et la première, qu’ils nous prenaient pour des cons", a raconté le manager de Bordeaux-Bègles en conférence de presse, à propos de ses mots à la mi-temps. "Je ne sais pas si ça les a motivés, mais on s’en est servi oui, a ajouté Christophe Urios. C’est la première fois que je vois ça, moi. La vie, elle est souvent juste." Le célèbre retour de bâton… A la fin du bal, après avoir infligé aux Racingmen un terrible 31-0 en seconde période, c’est l’UBB qui pouvait bomber le torse. "Je pense que c’est mentalement qu’ils ont craqué, a insisté le manager de l’UBB. Et après, physiquement. Je pense qu’ils ont craqué mentalement."

Urios: "Ça aurait pu être pire s’ils ne nous avaient pas manqué de respect"

Après avoir encaissé les essais de Teddy Thomas (7e) et Camille Chat (27e), transformés par Maxime Machenaud, Bordeaux-Bègles a éteint le Racing. Et rendu fier son coach. "Après le match de La Rochelle, où je n’étais content pas du comportement de l’équipe, là j’ai trouvé qu’on avait une équipe debout, qui ne renonçait pas, souligne Christophe Urios. En première période, on a fait beaucoup d’erreurs, qui ont fait qu’on a perdu le score, même si ça aurait pu être pire s’ils ne nous avaient pas manqué de respect. En deuxième mi-temps, on a joué comme on s’était entrainé, comme on avait préparé le match, donc c’était plutôt bien. Donc oui, j’ai retrouvé mon équipe." Et c’est prometteur pour le choc face au Stade Toulousain, leader de Top 14 avec deux points d’avance sur l’UBB, samedi à Chaban-Delmas (21h05).

LP avec JRi