RMC Sport

Toulouse, cette incroyable machine à gagner

Toulouse victorieux

Toulouse victorieux - -

Du haut de ses 18 Boucliers de Brennus, le Stade Toulousain se présente comme une formidable machine à gagner. Mais qu’est ce qui fait que le Stade Toulousain est génétiquement programmé pour gagner ?

Que dire sur le Stade Toulousain qui n’ait été déjà dit. Abonné permanent aux phases finales depuis la saison 1993-1994, Toulouse s’impose tous les ans comme l’un des favoris du championnat et de la Coupe d’Europe. Un statut de « club référence » qui s’est forgé en même temps qu’un formidable culte de la gagne. Cette culture, c’est Guy Novès, l’entraineur emblématique de cette formation qui en parle le mieux, lui qui l’incarne à la perfection. Pour le technicien toulousain, c’est simple, l’excellence doit se retrouver partout à Toulouse : « On ne peut pas être un bon club si on n’a pas, au niveau de l’administration, des gens extrêmement compétents. Que ce soient les secrétaires, les bénévoles, les directeurs administratifs, tous les dirigeants qui travaillent essayent de se mettre dans le tempo du très haut niveau parce qu’immédiatement, ils feraient tache et ne pourraient pas rester au contact de ceux qui donnent le meilleur. Donc tout le monde donne le meilleur et finalement, tout le monde s’y retrouve. »

Une philosophie de la gagne érigée en véritable dogme et dont témoigne l’entraineur des avants du Stade et futur entraineur des avants de l’équipe de France, Yannick Bru : « Le crédo de Guy, c’est que chacun doit livrer son match quelle que soit sa place dans l’organigramme du club, qu’on travaille dans l’administratif, le médical ou le sportif. Pour lui, c’est une compétition permanente et il essaye de faire rejaillir intelligemment ce stress sur toutes les composantes du club pour que personne ne s’endorme.» Une recherche permanente de l’excellence, de la perfection. Une véritable quête presque possible à assouvir et qui explique à elle seule la réussite d’un club.

Le soutien d’une région qui vibre ovale

C’est aussi cette dynamique toute particulière qui a marqué l’un des joueurs cadres du Stade Toulousain dans années 90, Emile N’Tamack. Il témoigne : « Ça se matérialise par toujours plus. Être satisfait, prendre du plaisir dans ce qui est réalisé mais se dire que dès le lendemain, tout est remis en question. Le vrai challenge n’est pas de réussir un exploit, mais de pouvoir le rééditer ».

Finalement, le secret de la réussite toulousaine est simple : une remise en question permanente, la recherche de l’excellence à tous les étages du club, une soif de victoire et de conquête qu’on ne peut jamais assouvir, un travail constant dans la recherche de la perfection. On en oublierait presque le principal : un groupe de joueurs au talent extraordinaire et le soutien d’une région qui vibre ovale pour un club. Un club qui cherchera à conquérir son 19ème bouclier de Brennus, ce samedi, contre Toulon à partir de 18h.