RMC Sport

France-Galles, les tops et flops: des Bleus aux nerfs plus solides que l’arbitre

Les Bleus ont battu le pays de Galles !

Les Bleus ont battu le pays de Galles ! - AFP

L'équipe de France s'est imposée ce samedi face au pays de Galles à l'issue d'un match de... 100 minutes (20-18). La copie bleue est loin d'être parfaite, mais l'interminable dernière minute valait le coup de patienter. Les tops et les flops de cette rencontre unique.

LES TOPS

Halfpenny, l’horloger

A droite, à gauche, à 50 mètres… Fidèle à ses habitudes, et pas perturbé une seconde par les sifflets français, le métronome gallois avait le sort du match entre ses pieds, et il l’a fait basculer avec brio, jusqu'à l'improbable dénouement qui a souri aux Français grâce à l'essai de Camille Chat (80e+20). L’avance tricolore a fondu comme neige au soleil face à la botte de l’horloger, qui n’a tout simplement rien raté, malgré des tentatives loin d’être marquées d’avance. Impressionnant, avec 18 points pour lui au final.

>> Le film du match

Lamerat conclut enfin

Il avait failli marquer lors des… quatre matchs des Bleus dans le Tournoi. Mais les rebonds, les jambes ou la poisse l’en avaient empêché à chaque fois. Le chat noir des Bleus, à qui la réputation de Jean-Claude Dusse commençait à sérieusement coller aux chaussettes, a enfin trouvé la faille. Sur un ballon par-dessus la défense signé Dulin, il a inscrit son premier essai du Tournoi, lançant parfaitement les Bleus (10-0, 7e).

La mêlée française

Une des rares satisfactions côté français en dehors du premier quart d’heure... et du dernier. En menant 10-0 et avec une mêlée conquérante, les Bleus avaient, semble-t-il, les clés pour aller chercher tranquillement une troisième victoire dans le Tournoi, mais même ce net avantage en conquête n’a pas suffi à les libérer, eux qui ont dû attendre la 100e pour finalement s’imposer.

>> France-Galles, le débrief: les Bleus arrachent la victoire et le podium après un finish irréel !

Mais qu’est-ce que c’est que ce final ?!?

Sans briller, la France a réussi à s’offrir une balle de match, pour un final extraordinaire de suspense. Il reste une minute à jouer, les Bleus enchaînent les mêlées à cinq mètres, sans parvenir à enfoncer les Gallois. Atonio sort, Slimani entre (81e). Les Bleus pilonnent de tous les côtés et s’arrêtent inlassablement sur la ligne, jusqu’à s’amonceler dans l’en-but… sans aplatir. La sirène a sonné depuis cinq minutes, l’arbitre sort un jaune pour les Gallois. Nouvelle mêlée, introduite à la 87e. Les fautes s’enchaînent mais l’essai de pénalité ne tombe pas. 89e, nouvelle mêlée, la huitième (!). Enième faute, Picamoles joue vite, sans doute un mauvais choix, mais l’arbitre revient à la faute alors que les Bleus ont perdu le ballon. 91e, ça bascule au large, la balle est à nouveau perdue… et une faute est encore sifflée. Hallucinant. Lee, sorti à la 82e, a purgé ses 10 minutes et revient dans le jeu. La vidéo est demandée pour une supposée morsure d’un Français, mais l’arbitre donne finalement une mêlée. 98e, toujours pas d’essai de pénalité, la mêlée tourne, monsieur Barnes ne prend pas ses responsabilités malgré sept fautes galloises après la sirène… Le dernier temps de jeu est le bon. Chouly aplatit, Lopez transforme, la victoire est au bout ! Surréaliste. Sublime de dramaturgie.

>> Le classement du Tournoi

LES FLOPS

Vakatawa, sale Tournoi

Tournoi compliqué pour lui. Et la dernière note n’a rien rattrapé. Si le jaune qu’il reçoit à la 19e pour un en-avant volontaire reste sujet à interprétation (il coupe un ballon d’essai en tentant de plaquer sur un deux contre un gallois), son geste aurait pu valoir un essai de pénalité, et l’infériorité numérique qui a suivi a coûté cher aux Bleus. Six points encaissés sur les dix minutes, qui ont marqué le réveil gallois alors que les Français, euphoriques dans le premier quart d’heure, avait entamé le match tambour battant. Un vrai couac, que son maigre apport offensif est loin d’avoir compensé.

M. Barnes, que vous fallait-il de plus ?

L’histoire a finalement rendu l’attentisme de M. Barnes anecdotique. L’arbitre a été partie intégrante de cet extraordinaire final, et on doit presque l’en remercier. Mais que lui fallait-il de plus pour siffler l’essai de pénalité ? 100 minutes de jeu, c’est tout simplement historique. Les huit fautes galloises n’étaient visiblement pas de trop, même si sur chacune d’entre elles, il semblait dire « c’est la dernière fois ». Absolument épique.

>> Toute l'actualité du Tournoi

A.T.