RMC Sport

XV de France : Harinordoquy et Rougerie peuvent y croire

Aurélien Rougerie (Clermont)

Aurélien Rougerie (Clermont) - AFP

A 34 ans, Imanol Harinordoquy et Aurélien Rougerie brillent encore avec Toulouse et Clermont. Au point de revenir en équipe de France ? Le staff n’écarte pas l’idée de rappeler les deux « grognards » pour la Coupe du monde 2015, en Angleterre.

L’un est devenu le chouchou d’Ernest-Wallon. L’autre galope toujours autant à Marcel-Michelin. Supporters de Toulouse et Clermont, vous avez de la chance ! Deux anciennes gloires du XV de France rivalisent de coups d’éclat en Top 14 et Champions Cup, sous vos yeux. Imanol Harinordoquy et Aurélien Rougerie ont 34 ans, dont 15 passés dans les vestiaires pros et 10 sous le maillot au coq. Ont-ils encore un avenir international ? Possible. Car dans le marasme dans lequel se débattent les Bleus de Philippe Saint-André et dans l’optique de la Coupe du monde l’an prochain, toutes les idées pour retrouver de la compétitivité sont étudiées. Les « vieux » pourraient donc être rappelés au service, après avoir été laissés au bord de la route à l’issue du Tournoi 2012.

« On les regarde, bien sûr, ne cache pas Patrice Lagisquet, l’un des adjoints de PSA, qui a entraîné Imanol Harinordoquy au Biarritz Olympique. On les connait. La porte n’est pas fermée. » « Quel que soit l’âge des joueurs concernés, si on considère que ce sont les meilleurs à leurs postes et qu’ils peuvent donc amener une plus-value au XV de France, on les sélectionnera, renchérit un autre membre du staff des Bleus, Yannick Bru. Si ces joueurs-là, par leurs performances tous les week-ends, montrent qu’ils sont au-dessus de leurs concurrents potentiels, ils auront mérité d’être dans le XV de France. »

Retière : « Comme Landreau à la Coupe du monde de foot »

En continuant à être aussi bons avec Toulouse et Clermont, les papys Imanol et « Roro » pourraient donc fêter respectivement leurs 83e et 76e sélections en 2015, à côté des petits jeunes. Certains salueraient le retour d’une précieuse expérience du plus haut-niveau, d’autres crieraient au recours par défaut, faute de combattants à la valeur suffisante… Didier Retière, DTN du rugby français, imagine lui les anciens jouer en Angleterre les bons coéquipiers, prévenants et altruistes, « comme (Mickaël) Landreau à la Coupe du monde de foot ».

« Avec des joueurs comme ça, il n’y aura aucun risque, explique l’ancien adjoint de Marc Lièvremont dans le Moscato Show, sur RMC. Ils seront super contents d’être là, vont donner le max pour l’équipe. Ils n’auront pas la déception d’un gars qui est concurrentiel et qui se rend compte qu’il n’est pas dans l’équipe. On a parfois des états d’âme à gérer et ce n’est pas toujours facile. » « Ce sont des joueurs qui ont quand même connu des blessures importantes sur les dernières saisons, craint néanmoins Patrice Lagisquet. Laissons-les se régaler sur le terrain. On verra bien où ils en seront dans quelques mois. » Peut-être auront-ils un pied dans l’Eurostar… 

la rédaction avec MF