RMC Sport

XV de France : la Coupe du monde, c’est déjà demain

Philippe Saint-André

Philippe Saint-André - AFP

Le staff du XV de France dévoilera ce jeudi matin (11h) les noms des 30 joueurs qui prépareront le prochain Tournoi des VI Nations (6 février-21 mars). Le point de départ des huit mois qui mèneront les Bleus jusqu’à la Coupe du monde en Angleterre.

Dans huit mois, et autant de matches à disputer, le XV de France fera son entrée en lice au Mondial, face à l’Italie à Twickenham. Un rendez-vous qui trotte forcément dans la tête de son sélectionneur Philippe Saint-André à l’heure d’annoncer son premier groupe de l’année. Celui qui préparera un Tournoi des VI Nations en forme de grande répétition, à huit mois de la Coupe du monde en Angleterre. Même si un Tournoi peu flamboyant n’est pas forcément synonyme de Mondial raté. Ce qu’avaient prouvé les hommes de Marc Lièvremont en 2011, battus par l’Italie en mars et privés du sacre pour un petit point face aux All Blacks en octobre.

« Les périodes entre les Coupes du monde sont compliquées à cause de l’organisation de notre rugby, arguait "PSA" dans un entretien de fin d’année accordé à RMC Sport. Mais pour la préparation de la Coupe du monde, on aura les mêmes moyens que les autres, on aura le temps de se préparer, d’avoir une osmose collective. On aura le temps d’être une vraie équipe parce qu’on n’aura pas qu’une semaine de rassemblement mais deux mois et demi de temps ensemble, de vécu au niveau collectif, physique mais aussi de l’état d’esprit. » Mais comme il n’est pas interdit de se bâtir une confiance dès le mois de février, les Bleus seront attendus ces prochaines semaines pour une confirmation de l’embellie aperçue en novembre dernier. Une tournée achevée par une fausse note contre l’Argentine (13-18) mais marqué par un premier succès contre une nation du Sud (l’Australie, 29-26) depuis 2012.

Une seule nouveauté ?

« Les bonnes choses » et les « ambitions dans le jeu » aperçues il y a deux mois par Saint-André devaient logiquement déboucher sur une ossature très proche de celle des trois tests automnaux. En pleine dernière ligne droite, difficile d’imaginer le sélectionneur national se lancer tous azimuts dans des expérimentions de la même ampleur (10 néophytes appelés en novembre). Alignée à trois reprises, la charnière Tillous-Borde - Lopez devrait obtenir son billet pour Canet-en-Roussillon, où les Français seront réunis le 25 janvier, deux semaines avant de débuter le Tournoi contre l’Ecosse au Stade de France. Malgré l’écart qui l’a privé de la rencontre face aux Argentins - un entraînement collectif manqué à trois jours du match – la révélation Teddy Thomas devrait également faire partie de l’aventure, comme l’arrière Brice Dulin, le troisième-ligne Louis Picamoles et le talonneur Dimitri Szarzewski, privés des derniers tests sur blessure.

Appelé pour la première fois chez les Bleus en septembre dernier mais peu utilisé par Saint-André, le demi de mêlée sud-africain Rory Kockott sera probablement convoqué, comme son compatriote et arrière Scott Spedding, qui a donné satisfaction en novembre. La seule nouveauté pourrait venir de l’aile, où le staff tricolore surveille de près Rémy Grosso (Castres) et le Fidjien Noa Nakaitaci (Clermont). Car à moins de 250 jours du Mondial, l’heure est l’affinage.

S.C.