RMC Sport

XV de France: "La France peut être championne du monde", estime Bastareaud

Lors d'un entretien exclusif accordé à RMC Sport, Mathieu Bastareaud a analysé les qualités et les défauts du XV de France, à moins de neuf mois de la Coupe du monde de rugby.

Le 21 septembre prochain, le XV de France débutera sa Coupe du monde à Tokyo face à l'Argentine. Une date déjà cochée dans l'agenda des Bleus, notamment dans celui de Mathieu Bastareaud. Le capitaine du RCT, qui a accordé une interview exclusive à RMC Sport, imagine que l'année à venir sera la plus importante de sa carrière. 

"Je pense que 2019 sera très importante. Parce qu’il y a une Coupe du monde à la fin de l’année. Ce n’est pas dit que j’en refasse une après. Donc l’objectif c’est de participer à cette Coupe du monde. Avant ça il a quand même un gros tournoi, le Tournoi des Six Nations", rappelle-t-il. "Ce tournoi doit nous servir à prendre plus confiance en nous, et surtout à retenir les leçons qu’on a pu apprendre cet automne."

"On a toujours un moment de relâchement"

Car la tournée de novembre du XV de France a laissé un goût amer au trois-quarts centre. Selon lui, elle doit permettre aux joueurs de ne plus commettre les mêmes erreurs en 2019.

"Déjà on doit retenir qu’un match se joue de la première à 80e minute. Puis qu'une tournée c’est trois matches, on est passés près contre l’Afrique du Sud (26-29), on a fait un super match contre l’Argentine (28-13), mais on est passés totalement au travers contre les Fidji (14-21)", analyse-t-il.

"Ce qui est frustrant c’est que ça arrive quasiment tout le temps. Sur les différentes équipes de France que j’ai pu connaître, on a toujours un moment de relâchement, où on se croit arrivés, et après on est punis. Même s’il y a eu des choses positives pendant la tournée, ce que les gens retiennent ce ne sont pas les bonnes prestations individuelles mais ce sont les résultats. Et actuellement on est en déficit de résultat".

"Il faut croire en nous"

Pour Mathieu Bastareaud, il suffit aux Bleus de travailler sur leur problème d'attitude pour réussir à atteindre les sommets. Et pourquoi pas, aller chercher le sacre mondial.

"Est-ce que la France peut-être championne du monde? Bien sûr! Qui aurait cru que par exemple le Japon battrait l’Afrique du Sud ou même que les Fidji nous battraient? Tout peut arriver. Maintenant c’est à nous d’y croire", estime-t-il. Avant de détailler ses propos:

"Il faut croire en nous tout simplement, sur ce qu’on fait. Moi ce qui me fait le plus mal pendant la tournée c’est le match contre l’Afrique du Sud, parce qu’on échoue de peu contre la 2e ou 3e meilleure nation au monde. Sauf que voilà pendant 10 minutes on a commencé à douter, on leur a donné le match. Si on arrive à travailler sur ça, à plus croire en nous, je pense qu’on pourra faire de grandes choses."

"On n'a rien à envier à personne"

Et le XV de France pourra s'appuyer sur ses nombreuses qualités pour y parvenir.

"On ne part pas de zéro, ce n’est pas le néant", observe-t-il. "C’est ça qui est frustrant, quand on regarde les qualités individuelles de chacun, on n’a rien à envier à personne. Mais justement il faut qu’on prenne conscience qu’on peut rivaliser avec tout le monde si on le décide. Il faut le décider déjà individuellement dans sa tête, puis après collectivement quand on est rassemblés", insiste-t-il.

Florent Germain avec C. P.