RMC Sport

XV de France – Saint-André : "Le danger, c’est que les joueurs cherchent des solutions individuelles"

A deux jours d’affronter la Roumanie, Philippe Saint-André a dévoilé la composition de son XV de départ. Le sélectionneur des Bleus s’explique sur les 13 changements. Il assure également que le match face à la Roumanie, considérée comme la plus faible équipe du groupe, ne sera pas pris à la légère. PSA évoque enfin l’arrivée de Rémy Grosso qui a remplacé Yoann Huget.

Dans quel état d’esprit abordez-vous ce match face à la Roumanie ?

C’est un match important. Nous sommes dans la continuité de l’Italie. On avait un bloc de deux matches pour démarrer cette compétition. A nous d’être précis. Pour les joueurs qui vont rentrer dans cette compétition, c’est important de préparer ce match sereinement, mais aussi sérieusement.

C’est aussi l’occasion de marquer votre territoire et d’éviter les mauvaises surprises ?

Oui, mais quand je vois l’envie et la détermination de tous mes joueurs de participer à cette compétition, je ne me fais aucun souci. Ils ont un comportement exceptionnel. Jouer un match en Coupe du monde, c’est aussi un moment important. Il faudra surtout être cohérent durant cette rencontre. Le danger peut arriver si les joueurs cherchent à trouver des solutions individuelles car le rugby est un sport collectif par excellence.

Les victoires de la Géorgie face au Tonga et surtout du Japon face à l’Afrique du Sud sont-elles un avertissement ?

Oui, il faut surtout faire attention dans notre préparation. Il faut être présent sur le smic du rugby : le combat, l’intensité, la discipline, la maitrise, la conquête. Ensuite, il faudra mettre de la vitesse. On a des joueurs de talent et nous sommes capables de faire de belles choses.

Qu’allez-vous essayez d’améliorer par rapport à la rencontre face à l’Italie ?

Notre patience. On doit être plus patient dans la construction de notre jeu et plus précis dans la conservation du ballon.

Est-ce des joueurs ont une carte à jouer durant cette rencontre ?

Nous avons des compétiteurs dans cette équipe. Les 31 sélectionnés veulent être numéro 1. Mais ils vivent dans un collectif et ils doivent accepter la hiérarchie. On a donné une hiérarchie claire au début. Après, le match de mercredi est important et la performance individuelle et collective de chacun le sera également.

Avec 13 changements par rapport à l’Italie, n’avez-vous pas peur que le collectif se perde un peu…

Avec deux matches en quatre jours, c’était impossible de faire autrement. On l’avait anticipé. Un petit mot sur Rémy Grosso, qui a rejoint le groupe pour remplacer Yoann Huget… On va lui donner le temps de rentrer dans le groupe et d’assimiler l’organisation collective. Mais on sait qu’il est en forme. On connait ses qualités de finisseur et de puncheur. Après seulement deux entraînements, c’était compliqué de le faire jouer face à la Roumanie, mais il a beaucoup de chance de jouer contre le Canada.

MR à Croydon