RMC Sport

Dopage: Fourcade salue le durcissement de la traque contre les fautifs

Martin Fourcade réagit au démantèlement d'un réseau de dopage autrichien.

Martin Fourcade réagit au démantèlement d'un réseau de dopage autrichien. - RMC Sport

Six jours après le démantèlement d’un réseau de dopage en marge des Championnats du monde de ski nordique et au lendemain des aveux du cycliste Georg Preidler, Martin Fourcade s’est réjoui de l’avancée de la lutte contre "ce fléau" qu'est le dopage.

Le démantèlement d’un réseau de dopage en Autriche a tout déclenché. En marge des Championnats du monde de ski nordique, cinq athlètes ont été interpellés la semaine dernière. "C’est une situation compliquée parce qu’elle fait encore beaucoup de mal à nos sports, à notre sport en l’occurrence, a réagi le quintuple champion olympique de biathlon, Martin Fourcade. Le cyclisme, le ski de fond et le biathlon sont des sports très proches en termes d’investissement et d’effort."

"Un mal nécessaire"

Quelques jours après le démantèlement de ce réseau, le cyclisme a en effet également été éclaboussé par cette affaire. Avec la démission du coureur autrichien de l’équipe Groupama-FDJ, Georg Preidler, ayant reconnu s'être dopé. "Ce qui se passe chez les uns peut arriver très vite chez les autres donc ça fait du mal à nos sports mais c’est un mal nécessaire pour éradiquer au fur et à mesure ce fléau", a estimé le biathlète français.

"Hélas, il y a encore des tricheurs, déplore aussi Vincent Vittoz, l'un des entraîneurs des biathlètes français et champion du monde de poursuite en ski de fond en 2005. On a le sentiment que ça prend du temps entre les faits et les sanctions. C'est important que ces descentes marquent les esprits, pour en faire réfléchir certains."

"Une belle étape de franchie"

Avant de positiver. "Je pense qu’il y a eu beaucoup de progrès qui ont été faits dans la lutte antidopage et que, aujourd’hui, le sport de haut niveau ne ressemble pas du tout à celui qu’il était il y a dix ans. […] Quand j’entends le coureur autrichien qui se rend à la police tout seul parce qu’il n’arrive plus à dormir la nuit par peur de se faire attraper […], je me dis que c’est une belle étape de franchie dans la lutte antidopage. […] C’est l’une des seules choses positives que je retiens de cette affaire-là."

"Il faut que ceux qui font ça sachent que ça peut arriver à n’importe quel moment et qu’ils ne sont aucunement à l’abri de se faire rattraper par la patrouille, a martelé le champion olympique. J’espère que ceux qui sont impliqués dans cette affaire ne dorment pas bien la nuit, que certains vont les dénoncer et que les autres seront attrapés."

"On voit le vrai visage du dopage"

Dans le cadre du démantèlement de ce réseau le 27 janvier dernier, une vidéo a également fait polémique. Prise par la police autrichienne et diffusée par les médias autrichiens le 1er mars, elle montre, sûrement pour la première fois, un sportif en train de se doper. En l'occurrence, le fondeur Max Hauke, avec une seringue dans le bras gauche, en pleine transfusion sanguine.

"L’image est terrible [...]. Pour la première fois, on voit le vrai visage du dopage et qu’un athlète peut faire ça seul dans sa chambre", a commenté Martin Fourcade.

Florian Perrier avec Julien Richard et Anthony Rech à Östersund (Suède)