RMC Sport

Mondiaux de biathlon: le doublé historique de Dorin-Habert et Bescond

Marie Dorin-Habert est devenue championne du monde de l’individuel en s’imposant devant sa compatriote Anaïs Bescond pour signer le premier doublé français de l'histoire lors des Mondiaux, ce mercredi à Oslo. Le camp français poursuit son incroyable état de grâce.

Le week-end fastueux vécu par l’équipe de France de biathlon s’est étendu ce mercredi sur la neige d’Oslo. Marie Dorin-Habert a remporté l’individuel au terme d’un superbe course qu’elle a conclue devant sa compatriote Anaïs Bescond pour un doublé français jamais vu dans l'histoire des Mondiaux. Après l’or décroché en relais mixte, l’argent sur le sprint et le bronze en poursuite, Marie Dorin-Habert a remis le couvert pour décrocher la quatrième breloque dorée de sa carrière lors des Mondiaux (après le sprint et la poursuite en 2015).

« Ça commence à faire lourd dans le sac ! Je suis très contente, c’est incroyable pour l’équipe de France, s’est-elle réjouie dans le Super Moscato Show. Tenter de dérocher six médailles en six courses ? Pourquoi pas ? Il n’est pas interdit de rêver. Pour le relais, on rêve toutes d’une médaille. Ce serait bien pour les autres filles de terminer là-dessus. Et puis la mass-start, je m’en fous un peu ! Si je ne fais pas de médaille, ce n’est pas grave. »

Largement dominatrice durant la course, elle a tremblé sur le dernier tir debout avec une erreur. Mais cela n’a finalement pas eu d’incidence sur le résultat final. Elle remporte un titre magnifique qui lui offre également le petit globe de la spécialité.

Sept médailles pour les Bleus !

Deux bonnes nouvelles qu’elle a pu fêter immédiatement avec sa grande amie Anaïs Bescond qui avait coupé la ligne d’arrivée quelques instants avant elle. « Pouvoir partager ça avec une copine, c’est le top du must ! Ça fait maintenant quinze ans que je suis avec ''Nanas'' (Anaïs Bescond, ndlr) donc c’est cool de pouvoir concrétiser ensemble aujourd’hui », poursuit Marie Dorin-Habert.

Cette dernière s’empare de la médaille d’argent en terminant à douze petites secondes derrière après un scénario quasiment similaire à celui vécu par son amie. Impériale aux tirs et sur les skis, elle a aussi écopé d’une minute de pénalité sur le dernier pas de tir debout.

Un raté sans conséquence et pour cause. La troisième, l’Allemande Laura Dahlmeier, pointe à plus d’une minute d’Anaïs Bescond. Les deux Françaises ont livré un récital qui apporte les sixième et septième médailles pour le camp bleu, qui règne insolemment sur ces Mondiaux. Et qui prouve que Martin Fourcade, chef de file de cette équipe, n'est pas seul à rafler des titres en pagaille.