RMC Sport

Fayed: "Je veux pouvoir dire que j’ai été le premier un jour"

Guillermo Fayed

Guillermo Fayed - AFP

Sur le podium des deux dernières descentes de Coupe du monde, Guillermo Fayed espère monter enfin sur la plus haute marche cette saison. Et pourquoi pas dès mardi à Santa Caterina.

Guillermo, après avoir fini quatrième à Lake Louise, troisième à Beaver Creek et deuxième à Val Gardena, c’est normalement la victoire qui vous attend à Santa Caterina…

Mathématiquement, c’est ça ! Mais ça ne se passe pas comme ça dans le sport. On va tout faire pour mais cette descente sera bien compliquée. D’autant que Svindal fait un début de saison parfait (le Norvégien a remporté les trois descentes et deux des trois super-G, ndlr). Il revient de blessure mais il n’a pas chômé. Il a trouvé ses réglages et il nous a bien montré que c’était lui le meilleur.

Mais vous réalisez aussi un gros début de saison…

Je ne pouvais pas souhaiter d’attaquer mieux. Après la dernière année que j’ai vécue (quatre podiums et une troisième place au classement général de la descente, ndlr), je suis reparti sur les mêmes bases et ça fait vraiment plaisir.

Comment expliquez-vous le déclic que vous avez eu à 29 ans ?

C’est une succession de choses qui ont abouti à cette saison. J’ai été écarté du Team Head, donc écarté de mon confort et j’ai dû me demander ce que je voulais vraiment. La recherche du plaisir a vraiment été le déclencheur. Et ça continue. Maintenant, je croise les doigts pour que ça ne s’arrête plus.

« Il va me falloir de la réussite sur une manche complète »

Quel est l’objectif de cette année ?

Cette année, c’est vraiment la recherche de cette victoire pour dire qu’un jour j’ai été le premier. C’est vraiment le but de cette saison. Pour ça, il va me falloir de la réussite sur une manche complète. A Val Gardena, j’ai fait quelques fautes qui m’ont empêché d’aller à la bagarre. A Beaver Creek, il n’a manqué que le mur pour aller le chercher. Il faut trouver cette descente parfaite.

Vous aviez fait un appel à témoin à Val Gardena après avoir perdu vos chaussures. Les avez-vous retrouvées ?

Je les ai retrouvées, oui. En fait, on me les avait volées. Pendant qu’on prenait la photo sur le podium avec tout le staff et l’équipe, un Allemand a voulu prendre un souvenir de Noël. Il a embarqué mes chaussures mais j’ai la chance qu’il logeait dans le même hôtel que les Italiens. L’un d’entre eux l’a vu et me les a ramenées.