RMC Sport

Ski alpin: la Coupe du monde ira-t-elle à son terme?

Alexis Pinturault

Alexis Pinturault - Icon Sport

Pour limiter la propagation de nouveaux variants du coronavirus, la Norvège a fermé ses frontières à compter du vendredi 29 janvier, et ce, pour une durée de deux semaines. Seuls les ressortissants norvégiens et les ressortissants étrangers résidant en Norvège seront autorisés à regagner le pays au cours de cette période, à quelques exceptions près. De quoi perturber le bon déroulement de la Coupe du monde de ski.

La prorogation d'une telle mesure fait envisager le pire pour la suite et la fin de la saison de ski alpin, dont l'une des dernières épreuves de la saison doit se dérouler sur le site de Kvitjell début mars. Et si d'autres pays prenaient le même genre de décisions? 

Interrogé sur la question, Michel Vion, président de la FFS estime pour sa part que le plus important, c'est la bonne tenue des mondiaux à Cortina d'Ampezzo en février. 

>> Le sport face au coronavirus, les infos en direct

Que pouvez-vous dire de ces rumeurs?

Depuis le départ de la saison, l’idée c’était de mettre le focus sur les mondiaux de Cortina c’est ce qu’on fait depuis trois mois. Prendre toutes les mesures pour arriver avec des athlètes en forme pour les Mondiaux. Pour l’instant tout le monde a été épargné. Conclusion ces Mondiaux vont pouvoir se dérouler correctement a priori. C’est le focus de l’hiver on l’a toujours dit et après les Mondiaux on verra ce qu’il faudra mettre en place. Des pays comme la Norvège ont déjà instauré des quatorzaines donc ce sera difficile d’aller en Norvège en fin de saison pour la Coupe du Monde (Kvitjell pour les épreuves de vitesse). Faisons les mondiaux et on verra la suite une fois qu’ils seront faits.

Un globe de cristal sera-t-il bien décerné cet hiver? 

Bien sûr on l’a vu la saison passée. Quand ça s’arrête ça s’arrête donc c’est bien de tourner avant ces mondiaux avec un maximum d’avance. C’est le cas, Alexis Pinturault a bien de l’avance (248 pts sur son dauphin Marco Schwarz) Donc c’est bien. Mais il ne faut pas imaginer qu’on va décider demain matin que tout va être annulé. Mais suivant les pays il est possible d’imaginer qu’on ne fasse pas des épreuves après les Mondiaux. Et le deuxième focus après les Mondiaux ce sera les finales. Une fois Cortina passé, on aimerait que les finales (Lanzerheide) mi-mars se fassent correctement aussi. Entre temps des pays ne pourront pas accueillir les épreuves. Cette recherche d’optimiser les choses, on sera plus basiques. Si on ne peut pas, on peut pas, on aura pas de scrupules à annuler les courses. On sera vigilants à l’équité mais comment annuler une course en Slovénie parce que les Norvégiens mettent en place une quatorzaine. Les Mondiaux, c’est le plus gros produit sportif et médiatique et économique de la FIS. C’est notre produit d’appel, la plus grande épreuve après les JO donc c’est important de les faire dans de bonnes conditions.

Vous avez par ailleurs de votre côté finalement dit non au CNOSF... 

Je ne serai pas candidat à aucun poste au CNO parce que j’ai une autre activité, je suis pris dans un système, on est tous en difficulté. Des échéances arrivent, les JO l’année prochaine, les Mondiaux en 2023 chez nous, et un projet perso qui ne rentre pas dans ce schéma-là. On avait imaginé que je puisse faire le taf, ce n’est pas le cas. Il y a aussi une échéance importante sur l’organisation de la FIS, qui a un impact sur toute la filière, en termes de structuration, sportif, de recettes, je suis vigilant à ce que cette élection soit conforme à ce que l’on souhaite.

Arnaud Souque à Chamonix