RMC Sport

Boxe: la réponse virulente du champion de France des lourds à Yoka

Le champion de France des lourds, Raphaël Tronché, a répondu aux récentes déclarations du champion olympique 2016 Tony Yoka. Il nie vouloir l'éviter, bien au contraire, et invite le boxeur à respecter davantage les autres tricolores dans sa catégorie.

Avant de défier Anthony Joshua "fin 2020, début 2021" comme il l'a annoncé il y a quelques jours, Tony Yoka devra peut-être régler quelques comptes avec son compatriote Raphaël Tronché. Ce dernier, champion de France des lourds, a en effet peu goûté les récentes déclarations du champion olympique 2016 et a tenu à y répondre ce jeudi dans l'Equipe. Non sans une certaine colère...

"Des propos orgueilleux, discourtois et mensongers" tenus par Yoka

Pour Tronché, l'attitude de Yoka ne passe pas. Des propos "orgueilleux, discourtois et mensongers" lui sont reprochés par le boxeur français, beaucoup moins connu que son compatriote. Le triple champion de France est en effet loin de la notoriété glanée par le médaillé d'or à Rio. Beaucoup plus discret, Tronché ne possède pas les soutiens financiers et médiatiques de Yoka mais l'athlète de 29 ans (1,87m, 106 kg) serait à coup sûr un solide challenger pour celui qui est passé professionnel il y a deux ans.

"Il veut payer ses adversaires à la roumaine"

Alors pourquoi ce combat n'a pas encore eu lieu? Y a-t-il une stratégie d'évitement des deux côtés? Raphaël Tronché nie en tout cas en brèche toute accusation de peur: "Il est marrant Yoka, il fait du trash talking à l'américaine mais veut payer ses adversaires à la roumaine".

C'est là le principal point de blocage entre les deux hommes: la rémunération. Tronché revendique son statut de champion de France et se dit prêt à proposer 250 000 euros à Yoka et son équipe pour venir boxer dans le Nord. Ce dernier préférerait ses conditions, à savoir organiser un événement à Paris et verser 70 000 euros à son adversaire. Inconcevable pour Tronché qui estime illogique de moins payer un champion en titre que son challenger.

C.P.