RMC Sport

UFC: "J’ai passé 45 secondes dans l’octogone en 2020, j'en veux plus", réclame McGregor

Avant de se retrouver à l'UFC dans la nuit de samedi à dimanche (sur RMC Sport), Conor McGregor et Dustin Poirier sont passés en conférence de presse ce jeudi. Pas d'embrouille à signaler, mais quelques petites punchlines, tout de même.

Un costume sur-mesure, un crâne fraîchement rasé, et un discours... apaisé. De retour à l'UFC pour affronter Dustin Poirier (dans la nuit de samedi à dimanche sur RMC Sport), sept ans après leur premier duel, Conor McGregor n'a pas voulu se lancer dans un énième clash ce jeudi en conférence de presse d'avant-combat.

Ce qui ne l'a pas empêché non plus de gentiment titiller son adversaire. "Vous savez, j'ai gagné en 90 secondes la première fois (en septembre 2014, ndlr), a rappelé l'Irlandais. J'ai une totale confiance en ma préparation et mes capacités. Je sais que je peux le faire. Je pense le toucher et lui faire mal assez vite. (...) J'ai passé 45 secondes seulement dans l'octogone en 2020, cela a créé une frustration majeure chez moi. Ce n'est pas suffisant, j'ai besoin de plus!"

>>> L'UFC revient sur RMC Sport, abonnez-vous pour ne rien manquer

"C’est un honneur de partager l’octogone avec cet homme"

Absolument pas troublé par le petit show du "Notorious", Poirier a de son côté joué la carte du détachement. "A chaque combat j'ai de la pression sur les épaules, celui-là n'est pas différent. Je sais que le gagnant de ce combat se battra ensuite pour le titre, mais ce n'est rien." Et l'Américain d'assurer que son duel contre Khabib Nurmagomedov (en septembre 2019) était plus impressionnant que celui-là.

McGregor et Poirier, qui avaient échangé quelques noms d'oiseaux en 2014, sont en tout cas restés courtois. Une fois n'est pas coutume, l'Irlandais a même enterré la hache de guerre en distribuant quelques compliments à son opposant. "J’ai été impressionné, comme tout le business de l’UFC, par ce qu’il est devenu, assure-t-il. Il a progressé, il est devenu champion, il a beaucoup apporté, alors c’est un honneur de partager l’octogone avec cet homme. Je sais que nous avons tous les deux ce feu compétitif en nous, c’est encore là, nous avons un 'clash' qui nous attend, mais ça va être une belle bataille."

Qu'il compte évidemment remporter. "Je sens que je ne fais que commencer, sourit McGregor. Je suis un jeune homme (de 32 ans, ndlr). Tout l'argent, toutes les ceintures, ça va et ça vient. Ce qui reste, ce sont les moments forts d’un combattant. Je veux que la compilation de mes moments forts fasse la longueur d'un film. Pour que je puisse m'asseoir avec mon fils et regarder ça, comme un vieux monsieur. N'essayez pas de vous débarrasser de moi les gars, j'aime trop être ici."

CC