RMC Sport

Coupe Davis: Noah, le retour du sauveur

Sans surprise, Yannick Noah a été nommé capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis ce lundi. Double vainqueur à ce poste en 1991 et 1996, le chanteur âgé de 55 ans succède à Arnaud Clément, démis de ses fonctions vendredi. Il aura pour mission d’offrir le Saladier d’argent à la génération Tsonga et bien sûr à la France, absente du palmarès depuis 2001.

Yannick Noah revient donc aux affaires. « Sur proposition du Président de la Fédération Française de Tennis, Jean Gachassin, et du Directeur Technique National, Arnaud Di Pasquale, le Bureau Fédéral de la FFT a nommé ce jour Yannick Noah capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis pour la campagne 2016 », indique un communiqué dévoilé ce lundi après-midi. Une conférence de presse est programmée demain à 14h. 

Pour la troisième fois dans sa carrière d’entraîneur, le dernier Français à avoir remporté un tournoi du Grand Chelem (Roland-Garros en 1983) prend les rênes de l’équipe de France de Coupe Davis. Sa nomination ne faisait plus aucun doute depuis qu’Arnaud Clément, son prédécesseur, avait été éjecté de son fauteuil par le Bureau fédéral.

La Fédération voulait un fédérateur, un winner. Avec Yannick Noah, elle pense l’avoir trouvé. « Au-delà de sa connaissance du tennis, c’est ce qu’il est capable d’amener, son côté fédérateur et catalyseur que la FFT souhaite trouver avec Yannick Noah, analyse Sarah Pitkowski, membre de la Dream Team RMC Sport. Il connait parfaitement le tennis. Un staff travaillera avec lui. Sortir le meilleur de chaque joueur, c’est la qualité de Yannick Noah. »

Le chanteur a déjà fait ses preuves. En 1991, lors d’une finale de folie face aux Etats-Unis à Lyon, il avait ramené le premier Saladier d’argent depuis 59 ans. En 1996, rebelote mais face aux Suédois. Ce n’est pas fini. En 1997, c’est en tant que capitaine de l’équipe de France féminine qu’il permet à Mary Pierce et ses partenaires de conquérir la première Fed Cup du tennis français.

Di Pasquale : « Il n’est pas en train de se dire que c’est le messie »

La magie Noah opérera-t-elle avec la génération Tsonga ? La FFT compte sur l’interprète de Saga Africa pour guider le Manceau, Richard Gasquet, Gaël Monfils ou Gilles Simon vers un sommet qu’ils n’ont jamais atteint malgré de grandes attentes et deux finales, en Serbie en 2010 et contre la Suisse à Lille l’an passé. « Il n’est pas en train de se dire que c’est le messie ou l’homme providentielle, qu’il va tout débloquer en arrivant, tempère Arnaud Di Pasquale, DTN du tennis français. Ce sera forcément très dur. Il en a conscience. On verra s’il y parviendra. »

Yannick Noah reste convaincu qu’il peut réussir là où Arnaud Clément a échoué. Sans jamais caché son désir de revenir aux manettes, il ne s’était d’ailleurs pas fait prier pour critiquer les Bleus et son prédécesseur après le revers face aux Suisses. « Il y a beaucoup de choses à dire, avait-il déclaré sur Infosport+. On peut perdre, bien entendu. Mais là, ils n'ont pas donné le meilleur d'eux-mêmes. Si je m'y mets, ça ne va pas rigoler. Je suis le mec qui a le plus grand palmarès en France depuis longtemps, depuis 50 ans, et les mecs ils ne t'appellent jamais, c'est quand même intéressant ! Et je ne parle pas que des joueurs... » Après les tacles est donc venu le temps de l’action. La campagne 2016 de Coupe Davis a déjà commencé.