RMC Sport

Le Drian demande que la joueuse de tennis chinoise Peng Shuai "parle" librement

Ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian s'est exprimé ce dimanche sur l'affaire Peng Shuai. Si des photos et des vidéos ont été relayées ce week-end de la joueuse de tennis, disparue de la vie publique depuis plusieurs jours, le chef de la diplomatie française souhaite que Peng Shuai puisse "parler librement" pour apporter de la clarté sur cette "affaire très préoccupante".

La France a demandé dimanche que la joueuse de tennis chinoise Peng Shuai, réapparue à un tournoi après des semaines de mystère sur son sort, puisse "parler" librement pour clarifier sa situation.

"Je trouve cette affaire très préoccupante", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian au micro de RTL-Le Figaro-LCI. "Je n'attends qu'une chose, c'est que Mme Peng Shuai parle. Et si les autorités chinoises veulent faire la clarté, il faut qu'ils permettent à Mme Peng Shuai de parler, de dire où elle est, comment elle vit, qu'est-ce qu'elle fait, comment elle prépare les Jeux olympiques".

"Elle a disparu manifestement, si ce n'est pas vrai, et bien qu'elle parle (...). Si d'aventure ça lui était interdit, s'il y avait manifestement disparition, on serait amené à en tirer les conséquences diplomatiques", a ajouté le chef de la diplomatie française, sans autre précision.

Les médias d'État chinois ont publié des vidéos

À la suite d'un tollé mondial, notamment de la part de vedettes du tennis et des Nations unies, les médias d'État chinois ont publié une série de séquences censées montrer que tout va bien pour l'athlète. Elle est apparue dimanche à un tournoi de tennis à Pékin selon les photos officielles de l'événement.

Peng Shuai, 35 ans, ex numéro 1 mondiale du double et star dans son pays, n'avait pas été vue publiquement depuis qu'elle a accusé Zhang Gaoli, un puissant ex-responsable du Parti communiste de 40 ans son aîné, de l'avoir contrainte à un rapport sexuel au cours d'une relation discontinue de plusieurs années.

AFP