RMC Sport

Marat Safin était bourré lors de la finale de l’Open d’Australie 2002, selon un ancien joueur

En 2002, Marat Safin a disputé la finale de l’Open d’Australie contre le Suédois Thomas Johansson. Dans un entretien accordé à Unbreakable Media, Daniel Koellerer, un ancien tennisman suspendu à vie pour avoir tenté de truquer des matchs, a assuré que durant cette rencontre, le Russe était ivre.

Marat Safin n’a remporté que deux titres du Grand Chelem dans sa carrière: l’US Open 2000 contre Pete Sampras et l’Open d’Australie 2005 contre Lleyton Hewitt.

Son palmarès aurait pu être plus étoffé, avec deux finales de plus disputées à Melbourne, en 2004 contre Roger Federer, mais aussi en 2002 contre le Suédois Thomas Johansson, en quatre sets. A propos de cette finale de 2002 justement, un ancien joueur de tennis, suspendu à vie en mai 2011 pour avoir tenté de truquer des matchs, avait des choses à dire.

"Personne ne pensait que Safin allait gagner cette finale"

Auprès d’Unbreakable Media, Daniel Koellerer est revenu sur ses propres problèmes d’alcool, tout en affirmant qu'ils étaient dus au Russe, en 2002: "J’ai bu de l’alcool pendant ma carrière, mais la première fois, c’était à 24 ans. J’ai commencé après avoir vu Marat Safin boire avant de disputer la finale de l’Open d’Australie."

L’Autrichien est sûr de lui en affirmant que l’ancien numéro un mondial n’était pas sobre durant cette fameuse rencontre: "Ensuite, j’ai pensé: 'Si je ne peux pas sortir de la 150e place et qu’il joue une finale de l’Open d’Australie tellement en état d’ébriété qu’il ne peut pas marcher, ça ne peut être si mauvais de boire'. J’ai essayé, mais bien sûr: il était 5e mondial. Personne ne pensait que Safin allait gagner cette finale. C’était incroyable à quel point il était saoul! Le soir précédent, c’était comme si c’était son anniversaire. On aurait dit qu’il avait déjà gagné et qu’il fêtait le titre."

A l’époque, le Russe était pourtant bien parti durant cette finale, après avoir remporté la première manche (3-6). Finalement, Thomas Johansson avait réussi à renverser la situation, pour l’emporter en quatre sets (3-6, 6-4, 6-4, 7-6 (4)) et presque trois heures de jeu.

MM