RMC Sport

Marion Bartoli explique avoir failli mourir en 2016

Mario Bartoli était l’invitée des Grandes Gueules sur RMC ce vendredi, afin de présenter son autobiographie, Renaître. L’ancienne championne de tennis a raconté combien son après-carrière avait été délicat. Victime d’une sévère anorexie, elle a failli mourir en 2016.

Marion Bartoli revient de l’enfer. La championne de tennis, lauréate en guise de fin de carrière du tournoi de Wimbledon en juin 2013, a terriblement souffert après avoir posé ses raquettes, comme elle le raconte dans son autobiographie Renaître. Ecrit en collaboration avec la romancière Géraldine Maillet, l’ouvrage livre des passages saisissants sur la chute de l’ancienne n°7 mondiale, très isolée socialement après sa carrière.

En couple avec un compagnon toxique durant 18 mois ("Il m’a attaqué sur mon physique, dans une comparaison permanente avec les autres filles"), Marion Bartoli est aussi tombée dans une anorexie sévère qui aurait pu lui être fatale.

"Je perdais un kilo par semaine"

"J’ai été hospitalisée en urgence à la fin de Wimbledon (Ndlr: en 2016, alors qu'elle était consultante)", a-t-elle expliqué sur le plateau des Grandes Gueules ce vendredi sur RMC et RMC Story. "Les médecins avaient été très clairs avec moi: si j’avais été hospitalisée deux semaines plus tard, je mourais. Parce que je perdais un kilo par semaine", a-t-elle confié. Géraldine Maillet abonde: "Quand j’ai rencontré Marion, elle faisait 41 kg. Je me suis dit, je ne vais plus la revoir, elle va mourir."

Les mots sont puissants. "C’était tellement fort psychologiquement que je n’arrivais plus à me voir. Il a fallu que je revois les photos, les larmes me reviennent à chaque fois." "Ce n’était tellement pas moi, c’était une autre personne qui était en train de mourir", analyse-t-elle. Et de révéler le beau geste des sœurs Williams pour l’inciter à tenir. "Serena Williams et sa sœur Venus m’envoyaient des fleurs quand j’étais hospitalisée. Des amitiés sincères existent sur le circuit."

"Votre cœur est tellement faible que vous risquez de faire un infarctus"

A l’époque, un virus inconnu avait été invoqué pour justifier cette perte de poids saisissante. "J’étais encore sous l’œil du public, il fallait assumer les réflexions car j’étais encore en train de travailler", se rappelle-t-elle, alors que sa prise de conscience salutaire est venue du refus des organisateurs de Wimbledon de lui accorder une wild-card pour disputer le tournoi des légendes en 2016. "Le président de Wimbledon me dit ‘Vous comprenez, votre cœur est tellement faible que vous risquez de faire un infarctus sur le terrain et de mourir’."

De nouveau en bonne santé, Marion Bartoli mène une vie plus apaisée aux-côtés de son nouveau compagnon "d’une gentillesse absolue". Après avoir mis de côté l’idée d’un retour sur les courts, elle envisage d'embrasser une carrière d'entraîneur. Et espère que son autobiographie aidera d’autres femmes dans le besoin. "Ça peut arriver à tout le monde. Ça n’est pas l’apanage des femmes isolées."

PL