RMC Sport

Pandora Papers: Forget aurait bénéficié d’une société offshore aux Îles Vierges britanniques

Selon les révélations des Pandora Papers, Guy Forget aurait bénéficié durant plusieurs années d’une société offshore basée aux Îles Vierges britanniques, un paradis fiscal des Caraïbes. Le patron de Roland-Garros assure ne pas être à l’origine de cette structure opaque, qui affichait un actif global d’1,4 million d’euros lors de sa dissolution en 2016.

Le roi de Jordanie, Dominique Strauss-Kahn, Shakira… De nombreuses personnalités se font épingler depuis ce week-end par les Pandora Papers, cette vaste enquête sur l’évasion fiscale menée par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). Près de 600 reporters ont collaboré aux quatre coins du globe afin de révélé l’existence de plus de 29.000 sociétés offshore visant à dissimulé des avoirs. Et selon Radio France, dont certains journalistes ont collaboré aux investigations, l’une d’elles aurait profité durant plusieurs années à Guy Forget.

L’ancien tennisman, âgé de 56 ans, aurait directement bénéficié de activités de Mainland Group Limited, une structure opaque basée aux Îles Vierges britanniques, un paradis fiscal des Caraïbes. Lors de sa dissolution en 2016, la société, qui "détenait des droits de propriété intellectuelle", affichait un actif global d’1,4 millions d’euros. Elle a d’ailleurs été dissoute moins d’une semaine avant la révélation des Panama Papers, la précédente enquête de l’ICIJ, qui avait déjà mentionné l’existence de Mainland Group Limited grâce à un document daté de 2005 (sans parvenir à l’époque à identifier son bénéficiaire).

Forget assure avoir délégué la gestion de ses revenus

Contacté par Radio France, Forget a expliqué ne pas être au courant de son lien avec la société offshore. "Je suis dans l’incapacité de pouvoir répondre à vos nombreuses questions techniques, a répondu l’ancien capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis, affirmant avoir délégué la gestion de ses revenus au groupe américain IMG (qui s’occupe de nombreuses stars du sport). Depuis mon adolescence, et au début de ma carrière professionnelle dans les années 1980, jusqu’à ma période de capitaine des équipes nationales, la société IMG, mondialement connue, gérait mes intérêts et mes contrats comme ceux de très nombreux sportifs de haut niveau dans la plus grande légalité (…) Si j’ai fait appel à la société IMG, c’est précisément parce que je suis parfaitement incompétent pour régler et gérer ces questions financières, juridiques et fiscales".

Invité à donner à sa version dans ce dossier, IMG a affirmé n’avoir aucun lien avec Mainland Groupe Limited, tout en précisant ne plus collaborer avec Guy Forget depuis 1997 et la fin de sa carrière de joueur.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport