RMC Sport

Roland-Garros : les Bleus loin du compte

Opposés aux trois premiers du classement mondial, Gaël Monfils, Jérémy Chardy et Richard Gasquet n’ont pu créer l’exploit en huitièmes de finale de Roland-Garros. Et laissent le seul Jo-Wilfried Tsonga défendre les chances françaises en quarts, ce mardi contre Kei Nishikori.

Sa fin de set enflammée de la veille laissait entrevoir de belles choses pour ce lundi. Revenu à une manche partout contre Roger Federer, avant une interruption due à l’obscurité, Gaël Monfils pouvait ambitionner de vaincre enfin la légende suisse à Roland-Garros. Hélas pour le Français, ce huitième de finale de l’édition 2015 s’ajoutera aux défaites en quarts (2009, 2011) et en demi-finale (2008) des années précédentes.

Victime d’un rhume entre les deux épisodes de son match contre l’homme aux 17 titres du Grand Chelem, "La Monf" a vainement tenté de résister dans le troisième set, avant de s’effondrer dans le dernier (6-3, 4-6, 6-4, 6-1). « Je suis beaucoup trop ‘‘naturel’’, donc on peut forcément plus facilement attraper froid. Mais ce sont des petits détails qui n’ont rien à voir avec ma défaite. Roger était plus fort que moi aujourd’hui », a reconnu le Parisien, qui laisse le lauréat 2009 du tournoi se diriger vers un quart de finale 100% suisse contre Stan Wawrinka, tombeur de Gilles Simon la veille.

Le quart Djokovic-Nadal aura bien lieu

En plein possession de ses moyens, Jérémy Chardy a tout de même fini par baisser pavillon contre Andy Murray. Le Palois, 45e mondial, a pourtant rivalisé pendant deux sets et demi avec l’Ecossais. Son énorme coup droit a d’ailleurs provoqué quelques maux de tête au protégé d’Amélie Mauresmo, qui a souvent pesté contre lui-même. Avant de trouver la clé grâce à son merveilleux jeu de défense. Vainqueur en quatre manches (6-3, 4-6, 6-4, 6-1), la tête de série n°3 défiera au prochain match l’Espagnol David Ferrer, facile tombeur du Croate Marin Cilic (6-2, 6-2, 6-4).

Quant à Richard Gasquet, il n’aura tenu le bras de fer face à Novak Djokovic que le temps de trois premiers jeux interminables. La suite aura été un calvaire pour le Biterrois, balayé 6-1, 6-2, 6-3. « C’est tout simplement un niveau au-dessus, a-t-il concédé. Tu as toujours envie de faire mieux, tu es sur le Central, tu sens que le public te supporte. J’ai eu quelques balles de break, quelques avantages sur mon service mais à chaque fois, il fait des retours, il te fait jouer… Il est au-dessus. » C’est donc sur une série de 26 succès d’affilée que le n°1 mondial retrouvera mercredi Rafael Nadal pour un quart aux allures de finale avant l’heure.