RMC Sport

Rafael Nadal : « Roland-Garros, mon tournoi favori »

-

- - -

Après avoir effectué le tirage au sort des 83es Internationaux de France, Rafael Nadal s’est prêté au rituel jeu des questions-réponses avec l’ensemble de la presse internationale. Pour l’Espagnol, la plus belle des victoires est d'être présent à Roland-Garros en pleine possession de ses moyens.

Etes-vous heureux d’être de retour à Paris… malgré la pluie ?

Je suis de retour cette année et juste le fait d’être ici est une très bonne nouvelle pour moi. J’en suis très heureux. La seule chose négative est ce froid. Mais jouer à Roland-Garros représente toujours quelque chose de spécial pour moi. A chaque fois que je reviens ici, je ressens beaucoup d’émotion. C’est mon tournoi favori. Mais je ne joue pas avec plus de passion ici qu’à Rome la semaine dernière. J’essaie de faire de mon mieux car je ne sais pas faire autrement.

Novak Djokovic figure dans la même moitié de tableau que la vôtre. Qu’en pensez-vous ?

Ce n’est pas au premier tour, non ? (rire) C’est comme ça. Si on n’est pas 1 et 2 au classement (Djokovic est n°1, Nadal n°4, ndlr), cela peut arriver et ça arrive. J’essaierai de faire de mon mieux pour aller au prochain tour. Mais le tournoi commence au premier tour et je suis sûr que l’un comme l’autre, on sait que l’on a un dur chemin avant ça.

Vous avez la possibilité de remporter ce tournoi pour la 8e fois. Que pensez-vous des chiffres et de votre place dans l’histoire ?

J’ai toujours répondu la même chose. Pour parler des chiffres et de l’histoire, il faut analyser quand la carrière est finie, pas au milieu. Bien sûr que j’aimerais qu’on se rappelle de moi comme étant un bon gars et un bon joueur. L’année dernière était importante pour moi, gagner le 7e, un de plus que probablement le meilleur joueur de l’histoire sur cette surface (Borg).

Cela fait presque un an que vous n’avez plus disputé un tournoi du Grand Chelem. Appréhendez-vous cette quinzaine ?

Quand j’entre sur un court pour jouer un Grand Chelem, un Master 1000, un 500 ou un 250, mon envie est de faire de mon mieux et d’essayer de jouer avec la même passion dans chaque tournoi. Je pense que j’ai toujours fait ça. C’est vrai que les Grands Chelems sont des tournois spéciaux mais pour moi, gagner Barcelone, Madrid ou Rome signifie beaucoup. Je ne prends pas ces tournois comme des préparations à Roland-Garros, c’est sérieux pour moi.

On vous imagine fou de joie de pouvoir défendre votre titre car il y a encore quelques mois, vous étiez à l’arrêt et rien n’indiquait que vous puissiez poursuivre votre carrière…

Ce qui me rend vraiment heureux, c’est d’être en bonne santé et être compétitif partout, chaque semaine. Pour moi, cela signifie beaucoup d’avoir la chance de gagner des tournois, car le plus important c’est de gagner.

A choisir, vous préférez l’emporter une nouvelle fois à Roland-Garros, ou gagner et être opérationnel tout au long de la saison ?

Si vous me demandez si je préfère gagner un Grand Chelem dans toute l’année ou 6 tournois comme je l’ai déjà fait, je choisis de gagner 6 tournois. Parce que quand vous gagnez un Grand Chelem, vous êtes heureux une ou deux semaines. Mais quand vous gagnez des tournois, vous avez la chance d’être heureux et vous sentez que vous avez fait les bonnes choses.

dossier :

Rafael Nadal