RMC Sport

US Open : Monfils répond à McEnroe et s’excuse ''d’être différent''

-

- - -

Hué par une partie du public du Arthur Ashe Stadium et durement critiqué par John McEnroe pour son attitude face à Novak Djokovic, Gaël Monfils est revenu sur sa défaite en demi-finales de l’US Open face à Novak Djokovic. S’il comprend les sifflets, il ne digère pas les propos de l’ancienne gloire américaine et encore moins le fait que ce dernier l’ait qualifié de joueur non professionnel au micro d’ESPN.

On attendait avec impatience ses explications. Le pourquoi du comment. Comment Gaël Monfils, aussi solide et intraitable – il n’avait pas cédé le moindre set avant les demi-finales – avait pu s’écrouler et rendre les armes sans réagir ou presque dans le dernier carré de l’US Open face à Novak Djokovic ? Mais, au-delà de son non-match, on attendait surtout que « la Monf’ » s’explique sur son attitude désinvolte et négative à la fin du premier set, où il a clairement semblé vouloir balancer la manche, ce qui a perturbé pendant quelques jeux le numéro un mondial.

« Il fallait que je joue de manière différente pour essayer de le déstabiliser »

« Je pars du principe que son jeu est dur à dompter pour moi, explique posément Monfils. Forcément, on a l’impression que je peux bien servir et mettre des grands coups droits. Quand on arrive sur le terrain, ce n’est jamais comme ça. Novak commence bien, je suis tendu. Je fais des double-fautes. Je me stresse un petit peu car on joue le numéro un mondial et ça va vite. Je savais que, si ça se passait très mal, il fallait que je joue de manière différente, pas académique, pendant quelques jeux, pour essayer de le déstabiliser. Ça a marché pendant trois jeux. Ça m’a permis aussi de souffler. »

A lire aussi : Monfils s'est fait huer par le public face à Djokovic

Lucide, Monfils sait qu’il ne s’est pas fait que des amis en jouant de la sorte à la fin du premier set. « Les sifflets ? Oui, je les comprends ». Des sifflets motivés par les propos de John McEnroe, consultant pour la chaine américaine ESPN et dont les critiques à l’égard de Monfils ont été relayés aux spectateurs par un système d’oreillettes. « Si pendant 1h15 il y a quelqu'un qui n'arrête pas de dire que je ne suis pas professionnel, forcément ça les agace et je veux faire mes excuses d'ailleurs de faire ça à quelqu'un qui connaît très bien le tennis, en fait » a d’abord lâché le Français, très affecté par les remarques de McEnroe. Avant d’en critiquer très clairement la dureté.

« Si être dans les 10, c’est être non professionnel… »

« Je suis professionnel, malheureusement, mais je suis différent, martèle Monfils. Quand je prends 6-3, 6-2, j'ai envie de gagner, puisque, quand je joue normalement, je me fais écraser. Quand je joue différemment, il n'y a pas match, mais je gagne des jeux, je me relâche, je me sens mieux. Je suis vraiment désolé d'être différent. Et si être différent c'est être non professionnel, c'est dur. Si on arrive en demi-finale d'un Grand Chelem et qu'on est qualifié de non professionnel… Ma question c'est : pourquoi on me traite de non professionnel en fait ? Si d'être dans les 10 (meilleurs joueurs au monde, ndlr), c'est non professionnel, si de s'entraîner tous les jours c'est être non professionnel, si de prendre du plaisir sur le terrain, même si on se fait malmener c'est être non professionnel, il va falloir me dire pourquoi avec tout ce que j'ai dit, parce que, juste parce que je souris et je suis légèrement différent, je serais non professionnel. »

A voir aussi : le film de la demi-finale entre Monfils et Djokovic

Alors que Stanislas Wawrinka, peu de temps après son match, lui a apporté son soutien (« j’ai regardé une grande partie du match et je pense que Gaël était tout simplement nerveux. C’est son style, il a voulu évacuer la pression »), Gaël Monfils a clos le dossier à sa façon. « Il n’y aura pas de finale avant l’année prochaine, regrette l’intéressé. Je suis déçu. D’être bafoué comme ça, c’est un peu dur. On relèvera la tête. Le seul truc que je puis dire c’est que ‘’malheureusement’’, je suis professionnel de tennis et très fier. Et que ‘’malheureusement’’, je fais le maximum pour gagner des grands tournois. Et ‘’malheureusement », ça va bientôt venir. J'ai perdu un gros match, mais j'espère revenir meilleur, plus fort, apprendre de mes défaites et de mon manque de professionnalisme. » Le tout dans un petit rire, histoire de conclure avec une pointe d’humour. Et de dédramatiser le débat. Du Monfils tout craché.

dossier :

Gaël Monfils