RMC Sport

Wimbledon: ces Bleus qui risquent de rater France-Uruguay, boulot oblige…

Trois Français ont eu la "mauvaise" idée de se qualifier pour les 16es de finale de Wimbledon, programmés ce vendredi. Ce qui engendre un cas de conscience pour eux alors que se disputera France-Uruguay (16h) en Coupe du monde ce jour-là.

Kristina Mladenovic, Adrian Mannarino et Gaël Monfils sont très heureux d’atteindre le troisième tour de Wimbledon. Mais, au fond d’eux, ils savent qu’ils ont une grande chance de rater le quart de finale de Coupe du monde France-Uruguay ce vendredi (16h). Et ça gâche un peu leur plaisir. "Kiki" Mladenovic s’est fait une raison. Future adversaire de Serena Williams, elle a l’assurance d’évoluer sur un des deux plus gros courts. Et sur le Central ou le 1, les matches débutent à 14 heures. Ce qui laisse une fenêtre de tir réduite.

"Je ne sais pas pourquoi mais je sens que ça va être exactement en même temps, sourit-elle. Je n’ai rien loupé jusqu’à présent. Mais là, c’est une bonne excuse…". Avec un frère cadet footballeur - il vient de signer à Beauvais - ,la Française est accro aux grandes compétitions sportives. "Quand on est soi-même athlète de haut niveau et qu’on représente notre pays, on sait ce que ça fait. Ici, à Wimbledon, on voit tous les joueurs derrière leur équipe, c’est génial."

Mannarino: "Pendant un gros match, j'ai le coeur qui monte"

Après avoir quitté son restaurant dans la City pour suivre la séance de tirs au but de Colombie-Angleterre devant un pub - "Il y avait une ambiance de fou furieux, les bières volaient, c’était beau" - Gaël Monfils regrette presque d’être tombé dans la mauvaise partie de tableau. "Si je veux voir le match, il faut que je joue en première rotation (ndlr: coup d’envoi à 11h30 heure locale), ce qui ne m’avantage pas forcément." La Monf' n’est en effet pas réputé du matin. "De toute façon, je sais que pendant le match, j’aurai quelques pensées sur l’évolution du score."

La vie de tennisman n’est pas si facile. Mais que dire d’Adrian Mannarino. Il a déjà raté France-Argentine parce qu’au même moment, il disputait la finale du tournoi d’Antalya. "C’est dommage car c’est des moments sympas à vivre avec des potes, mais il y a des choses un peu plus importantes que le match de vendredi. Le foot, ça ne me rend pas dingue au point de ne pas en dormir mais pendant un gros match, j’ai le cœur qui monte. On se sent vivant quand on regarde une séance de tirs au but."

Mahut va tenter l'arrangement avec l'ATP

Autre fan absolu des Bleus, Nicolas Mahut risque de jouer son deuxième tour de double vendredi. Et il va prendre les devants. "On va aller voir le Tour Manager de l’ATP pour faire en sorte d’avoir une programmation qui nous permette de voir le match, glisse-t-il. Normalement, ça va marcher. Ce match contre l’Uruguay, je le vois bien comme le 8e de finale en 1998 face au Paraguay. Ca va être âpre, rugueux. On va souffrir avec eux."

A noter que l’Institution Wimbledon n’a pas modifié l’heure de la finale du simple messieurs dimanche 15 juillet. Entrée des joueurs sur le Centre Court à 14 heures, heure locale. La FIFA avait visiblement oublié l’existence du Championships et avec un coup d’envoi à 16h en Angleterre, il y a un gros risque de carambolage. L’ambiance risque d’être très spéciale si l’Angleterre se qualifie en finale…

Eric Salliot