RMC Sport

Wimbledon: contacté sur Instagram, Pouille a offert cinq billets à des fans

Venus samedi à Wimbledon avec l'espoir de voir les matchs de Jo-Wilfried Tsonga et Lucas Pouille contre Rafael Nadal et Roger Federer, cinq supporters français ont eu la bonne surprise de voir Pouille leur offrir des places pour passer la journée sur le court Central. Instagram a du bon.

Qui a dit que les sportifs ne sont pas proches de leurs fans? Interpellé sur ses réseaux sociaux par cinq supporters français venus spécialement à Wimbledon pour assister à son troisième tour contre Roger Federer, et à celui de Jo-Wilfried Tsonga face à Rafael Nadal, Lucas Pouille a décidé de leur offrir des places pour qu’ils puissent passer la journée de samedi sur le court Central.

"Hier soir (vendredi), avant de me coucher, j’ai été voir mes demandes de messages sur Instagram. J’ai vu que j’avais cinq demandes. J’ai vu avec les personnes qui s’occupent des places s’il était possible d’en avoir cinq. Je leur ai envoyé un message pour leur dire que ça sentait bon et que je les tiendrai au courant le lendemain matin. C’est ce que j’ai fait", a raconté le Nordiste après sa défaite.

"Je les ai vu chanter dans le stade"

Avant de le contacter, les cinq amis avaient tenté de trouver des billets directement sur place, mais en étant placés au 1900e rang sur la liste d’attente, ils n’avaient quasiment aucune chance de décrocher le précieux sésame. Ils ont donc tenté le tout pour le tour en lançant un appel à l’aide sur leurs réseaux sociaux. Et ça a marché.

"C’est super qu’ils aient pu en profiter. Ça aurait été dommage de ne pas pouvoir voir les matchs alors qu’ils venaient d’aussi loin. Quand on est 1900e dans la queue, ce n'est pas bon signe en général... C’est cool, ils ont pu profiter. Je les ai vu chanter dans le stade, c'était vraiment sympa. J’espère qu’ils ont passé une super journée", a confié Lucas Pouille. Malgré leur soutien, il a dû s’incliner devant le talent de Federer (7-5, 6-2, 7-6). Tout comme Tsonga face à Nadal (6-2, 6-3, 6-2).

RR avec Eric Salliot