RMC Sport

Wimbledon : la reine Serena Williams égale Graf

-

- - -

De l’histoire. De la revanche. Il y avait du poids et de l’enjeu ce samedi, sur le Centre Court de Wimbledon. Quant à savoir quel était le pourcentage exact de chacun, au moment de l’entrée sur scène des deux finalistes, Angelique Kerber et Serena Williams… Seule la deuxième, au moment de savourer son 22e titre du Grand Chelem, en épousera la parfaite répartition, toute à sa joie d’avoir marqué un peu plus son sport après avoir écarté en deux sets la numéro 4 mondiale (7-5, 6-3). Il y avait la possibilité pour l’Allemande de reprendre le flambeau abandonné il y a 20 ans par sa compatriote Steffi Graf, date de son dernier succès sur le gazon anglais. L’opportunité, pour l’Américaine, d’égaler le record de sacres en Grand Chelem dans l’ère Open de la même Graf, à savoir 22 titres, tout en conservant la couronne de gazon remportée l’année dernière.

A lire aussi : Murray rejoint Raonic en finale

Et maintenant, la chasse au record absolu de Court

Deux actrices, deux buts mais un même thème : rattraper coûte que coûte Steffi Graf. A cette course aux trousses de l’Allemande, c’est l’actuelle numéro 1 mondiale qui a eu le dernier mot. Tout en patience, maitrise et savoir-faire. Celui, notamment, de savoir attendre son heure et de frapper au moment opportun pour ravir le service de son adversaire et prendre, à chaque fois, définitivement les commandes. A la résistance de Kerber, tout de suite sous pression dès l’entame du match (3 balles de break sauvées), Serena Williams a répondu par une détermination sans faille. C’est à l’usure qu’elle fait plier son adversaire au bout du premier set, la breakant au 12e jeu (7-5). C’est encore au forceps qu’elle frustrera à 3-3 dans le second Kerber, en la dépossédant d’une balle de break, avant de la déborder encore et ce alors que l’Allemande menait 40-15 sur son service…

A lire aussi : 

De quoi savourer comme il se doit, en s’écroulant de bonheur sur l’herbe de Wimbledon, le fait d’avoir conservé le titre acquis l’année dernière et désormais soulevé pour la septième fois dans sa carrière. Celui, on y vient, d’avoir pris sa revanche sur cette même Angélique Kerber, qui l’avait débordée en début de saison, en finale de l’Open d’Australie. Et, évidemment, d’avoir rattrapé Graf au compteur. L’appétit venant en mangeant, Serena Williams, qui restait tout de même sur trois défaites en finale de majeurs, compte bien reprendre du dessert. Avec seulement deux longueurs de retard, il n’y a pas plus alléchant désormais pour la joueuse de 35 ans que l’idée de coller au record absolu de succès (24) en Grand Chelem de l’Australienne Margaret Court.