RMC Sport

Dopage: le Meldonium, l’excuse qui fait planer le doute sur Sharapova

En arguant qu’elle prenait un médicament pour lutter contre le diabète qui touchait sa famille, Maria Sharapova s’est engagée sur un terrain très glissant. Car le Meldonium, le médicament en question, traine une sulfureuse réputation en étant souvent détourné à des fins de dopage sportif. En particulier dans les anciens pays de l’Est. Pour plusieurs médecins du sport, cette défense discrédite la championne de tennis russe piégée par le changement de législation de l’AMA au 1er janvier 2016.

Lundi, Maria Sharapova a provoqué une onde de choc en déclarant avoir été contrôlée positive lors du dernier Open d’Australie. Sans chercher d’excuse, la Russe a expliqué qu’elle prenait un médicament, le Meldonium, depuis 2006 pour traiter, en prévention, le diabète qui touche plusieurs membres de sa famille. Problème, depuis le 1er janvier 2016, ce médicament a été inscrit par l’Agence mondiale antidopage (AMA) sur la liste des substances prohibées. Car il traine derrière lui une sulfureuse réputation qui avait alerté les laboratoires depuis plus de dix ans. Et qui a piégé plusieurs athlètes depuis qu’il est passé du côté obscur.

Quatorze athlètes piégés depuis le 1er janvier

Un programme de surveillance avait été lancé en 2015 face à sa surconsommation dans le monde du sport alors qu’il est destiné à la prévention de l’infarctus du myocarde. Etrange pour des sportifs au cœur normalement en bonne santé. Depuis le 1er janvier donc, quatorze sportifs au total, dont Maria Sharapova, ont été contrôlés positifs à cette substance : la Suédoise d'origine éthiopienne Abeba Aregawi, championne du monde du 1500 m en 2013, le cycliste russe Edouard Vorganov, la patineuse russe Ekaterina Bobrova, les biathlètes ukrainiens Olga Abramova et Artem Tychtchenko, le marathonien éthiopien Endeshaw Negesse et six lutteurs géorgiens. Dernière victime en date ce mardi : le patineur de vitesse russe, Pavel Kulizhnikov (21 ans), champion du monde et détenteur du record du monde sur 500m. Et la liste pourrait s’allonger dans les semaines et mois à venir.

L’efficacité de ce produit mise en doute

Car si le Meldonium est un médicament destiné à traiter des problèmes cardiovasculaires, il est largement détourné à des fins de dopage dans les pays de l’Est où il a été inventé (en 1975 en URSS) et qui sont les seuls à pouvoir le commercialiser, faute d’agréments en Europe de l’Ouest et aux Etats-Unis. « Ces pays estimaient qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves qui montraient l’efficacité de ce produit », explique Hubert Long, médecin de l’équipe cycliste Direct Energie.

« Vu ses indications, il améliore le passage de l’oxygène dans les cellules, détaille Jean-Pierre de Mondenard, célèbre médecin du sport qui a écrit plusieurs ouvrages sur le dopage. Et l’amélioration de l’oxygénation intéresse les sportifs donc ça a été utilisé dans le cadre sportif et ça améliore à priori les performances des sportifs d’endurance. »

Diabète, magnésium, problèmes de poitrine… la liste des excuses s’allonge

L’excuse du diabète formulée par Maria Sharpova interroge aussi les spécialistes. « Par rapport à ses actions, il peut apporter un plus sur la régulation mais ce n’est pas un antidiabétique de base », poursuit Jean-Pierre De Mondenard. Une chose est sûre, son but premier n’est pas de traiter cette maladie. « C’est un produit à visée cardiologique puisqu’il est prescrit sur les suites d’infarctus du myocarde, puisqu’il améliore l’oxygénation des cellules myocardiques », explique Hubert Long.

Le trouble persiste aussi au regard de la liste des excuses formulées par les athlètes fautifs pour justifier son utilisation. Une carence en magnésium ? « Je pense qu’il vaut mieux prendre du magnésium que de compter sur le Meldonium pour établir l’équilibre, poursuit De Mondenard. Il y a une patineuse qui a été championne olympique par équipe à Sotchi qui vient d’être contrôlée au Meldonium et qui dit ‘’c’est pour soigner des problèmes de poitrine’’. Vous voyez, le produit guérit tout le monde ! »

NC avec AS et PTa