RMC Sport

Le départ de la Route du Rhum aura lieu ce dimanche

La Route du Rhum s'élancera de Saint-Malo

La Route du Rhum s'élancera de Saint-Malo - LOIC VENANCE / AFP

Une centaine de skippers sera au départ ce dimanche 4 novembre de la 11e édition de la Route du Rhum, à Saint-Malo. Vincent Riou, favori de la classe Imoca, explique à RMC Sport les difficultés de cette course.

La Route du Rhum fête ses 40 ans cette année. La direction de la course a confirmé ce mardi que le départ de la 11e édition aura lieu ce dimanche 4 novembre, à 14 heures, depuis Saint-Malo. 117 skippers répartis en 6 catégories (Ultime, Imoca, Multi50, Class40, RhumMono, RhumMulti) vont s'élancer pour rallier Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, le plus rapidement possible.

"C'est hyper rapide et hyper intense"

Parmi les engagés, Vincent Riou fait partie des favoris de la classe Imoca. Il exprime au micro de RMC Sport ses ambitions pour cette nouvelle édition: "C’est une des grandes courses françaises auxquelles je n’ai pas réussi à inscrire mon nom au palmarès. Je reviens comme à chaque fois avec cette ambition".

Vainqueur du Vendée Globe 2004-2005, il explique la différence entre ces deux courses réputées. 

"Entre partir 3 mois et partir 12 jours, c’est vraiment très différent. 12 jours c’est vraiment une course très intense, très engagée. Psychologiquement, dès le départ, on n’aura pas le temps de s’ennuyer. A peine arrivés aux Antilles, on ne se sera pas rendu compte du fait qu’on a passé 12 jours en mer. C’est hyper rapide et hyper intense, mais c’est un autre format qui me plait aussi", se réjouit-il.

"En Imoca, notre objectif sportif, c'est le Vendée Globe"

Vincent Riou n'est jamais parvenu à s'imposer lors des éditions précédents de la Route du Rhum, mais espère changer la donne cette année, grâce à un bateau plus performant.

"Ça a été la casse pour moi à deux reprises", se souvient-il. "En Imoca, notre objectif sportif, c’est le Vendée Globe. Réussir à être prêt en même temps pour une course comme la Route du Rhum, deux ans avant le départ du Vendée Globe, c’est hyper compliqué à gérer. A chaque fois, quand j’ai dû renoncer à cette Route du Rhum, c’était avec des bateaux trop jeunes qui venaient juste d’être mis à l’eau. Cette année, j’ai la chance de partir avec un bateau bien éprouvé, et j’espère que ça va me réussir", se motive-t-il.

"François Gabart a une expérience énorme sur son bateau"

Le skipper PRB a dressé la liste de ses favoris pour la classe Ultime, qui regroupe les multicoques les plus rapides. 

"Aujourd’hui, on a beaucoup de garçons de qualité sur cette classe là. Il y a trois bateaux qui sont très performants avec chacun ses atouts. Il y a François Gabart qui a une expérience énorme sur son bateau, avec son tour du monde l’hiver dernier. Il y a Sébastien Josse qui semble avoir un bateau très rapide. Et puis il y a Armel Le Cleac’h qui ne lâche jamais rien et qui saura être présent malgré sa préparation qui a été un petit peu raccourcie par son chavirage du printemps", parie-t-il.

Le record de la course a été établi le 10 novembre 2014 par Loïck Peyron, en 7 jours, 15 heures, 8 minutes et 32 secondes. 

PIerre-Yves Leroux avec Céline Penicaud