RMC Sport

Vendée Globe: avarie majeure pour Thomson, avec un problème "structurel"

Prétendant à la victoire sur ce Vendée Globe, le Britannique Alex Thomson (Hugo Boss) a informé samedi soir son équipe d'un problème sur son bateau, dont la nature exacte n'a pas été précisée. Il est désormais troisième du classement, et perd du terrain sur les Français Thomas Ruyant (LinkedOut) et Charlie Dalin (Apivia).

Il ne fait décidément pas bon être favori sur ce Vendée Globe. Après les mésaventures de Jérémie Beyou (Charal), qui avait dû faire demi-tour pour réparer son bateau, et repartir des Sables d'Olonne avec neuf jours de retard, c'est un autre grand prétendant à la gagne, Alex Thomson (Hugo Boss), qui se retrouve désormais en délicate posture.

Troisième du pointage effectué dimanche matin (5h), à 73,1 milles du leader Thomas Ruyant (LinkedOut), mais également derrière un autre Français, Charlie Dalin (Apivia), le Britannique a été freiné par un problème "structurel" sur son bateau.

Des réparations envisagées

"Le skipper britannique Alex Thomson a informé son équipe à terre d'un éventuel problème structurel à bord d'Hugo Boss, explique l'équipe en question dans un communiqué diffusé peu après une heure du matin. À ce moment-là, Thomson se trouvait à environ 800 milles à l'est de Rio de Janeiro dans l'Atlantique Sud, et était à 13 jours de course depuis le départ du Vendée Globe."

Et d'évoquer la suite des événements avec un certain flou: "Thomson et son équipe, ainsi que les architectes naval et les ingénieurs, travaillent maintenant ensemble pour évaluer l'étendue de ce problème structurel et pour déterminer un programme et un planning de réparation. Thomson est en sécurité et en bonne santé à bord, et dialogue régulièrement avec l'équipe. L'organisation de la course du Vendée Globe a été informée et est tenue au courant de l'avancée de la situation."

Un nouveau communiqué a été diffusé ce dimanche matin, donnant plus de détails sur les problèmes rencontrés par le skipper: "Alex était alors toujours en 2e position de la flotte, il avançait à 16,3 nœuds (sur 4 heures) dans un vent medium et face à une mer relativement sage (1,7m de houle de face). A 800 milles au large de Rio de Janeiro, il concédait une trentaine de milles à Thomas Ruyant (LinkedOut), leader encore ce dimanche matin. (...) Pour autant, HUGO BOSS n’a pas changé ses plans, continuant à avancer – à petit trot (6,6 nœuds) dans le couloir qui s’est dessiné au travers de l’anticyclone de Sainte-Hélène et qui semble accorder au trio de tête (avec Charlie Dalin, désormais 2e à 38,5 milles de LinkedOut) le privilège de couper la route. Un privilège rare et cher, puisque la descente vers les mers du Sud demandera beaucoup de vigilance, le trou de souris s’annonçant particulièrement étroit…"

"On sait qu’Alex est en contact avec son équipe technique et les architectes pour faire un bilan des dégâts 'internes' ; un check de tout le bateau de l’avant à l’arrière doit être opéré, indique Hubert Lemonnier, directeur de course adjoint. Nous avons été informés hier à 21 heures. Pour l’instant, sa route n’est pas perturbée par ces soucis, mais il avance à petite vitesse, à environ 6 nœuds depuis hier soir, ce qui signifie qu’il n’a pas décidé de faire demi-tour."

dossier :

Vendée Globe

CC