RMC Sport

Vendée Globe: Dalin répond à la polémique sur les compensations en temps

Epuisé mais heureux d'en avoir terminé, Charlie Dalin a franchi en premier la ligne d'arrivée du Vendée Globe, mercredi soir, au terme de 80 jours d'une course dont le vainqueur n'est pas encore connu. Le Normand espère encore s'imposer même si certains de ses concurrents ont reçu des compensations en temps.

"C'est vraiment une course magique, c'est sûr qu'elle m'a changé. (...) C'était une sacrée aventure. Beaucoup d'émotion, de passer de seul au monde à autant de bateaux autour, les lumières, les supporters... C'est vraiment particulier, il n'y a pas de transition. Il y a eu plein de rebondissements, des hauts, des bas, pas mal de bricolage. Mais c'est une super expérience."

C’est le visage marqué par la fatigue, mais avec un large sourire, que Charlie Dalin a glissé ses premiers mots quelques minutes après avoir franchi en tête la ligne d’arrivée du Vendée Globe ce mercredi soir, au large des Sables-d'Olonne.

>> Suivez le final du Vendée Globe

"C'est normal qu'il y ait des bonifications"

Epuisé mais heureux d’en avoir terminé, le skipper normand d’Apivia, 36 ans, a coupé la ligne à 20h35 après 80 jours, six heures, 15 minutes et 47 secondes. Une arrivée sans public en raison de la crise sanitaire, mais avec 300 bénévoles de la course - masqués - pour l’accueillir.

Malgré cette première place, Dalin n'est pas assuré de remporter ce Vendée Globe, qui offre un finish incroyable, deux bateaux ayant reçu des compensations en temps pour avoir aidé aux recherches lors du sauvetage de Kevin Escoffier, le 30 novembre. L'Allemand Boris Herrmann (SeaExplorer-Yacht Club de Monaco), en troisième position au moment où il a heurté un bateau de pêche mercredi soir, a reçu 6 heures de compensation en temps et Yannick Bestaven (Maître Coq IV), actuel cinquième, a eu 10 heures et 15 minutes.

Pas de quoi gâcher la joie et la satisfaction de Dalin. "C'est particulier. J'espère que ça va bien se passer pour moi mais c'est normal qu'ils aient des bonif'. Si la direction de course m'avait appelé pour récupérer Kevin Escoffier, je l'aurais fait sans hésiter. C'est tout à fait normal que les coureurs qui se soient déroutés aient bénéficié de bonifications. Après, je ne suis pas sûr que les positions aient vraiment été modifiées, je pense que la flotte aurait été au même endroit à peu près mais il n'y a aucun problème. Cela fait partie du sport, de la solidarité entre marins. C'est normal qu'il y ait des bonif'. On ne sait pas ce qu'il va se passer, ce qui est sûr, c'est que j'ai franchi la ligne d'arrivée en tête. Et c'est génial. Les honneurs de la ligne sont pour moi, le reste, ce sera du bonus", a-t-il commenté.

Ce Havrais, architecte naval de formation et marin professionnel depuis 2011, va devoir attendre encore quelques heures pour connaître sa place finale.

dossier :

Vendée Globe

RR