RMC Sport

Virtual Regatta: Que faire ces prochaines heures? Michel Desjoyeaux vous dit tout

-

- - DR

Ce lundi n’a l’air de rien mais il va pourtant se révéler essentiel dans votre épopée sur Virtual Regatta. Alors que vos courtes siestes sont hantées par le cap de Bonne-Espérance, les vents risquent de vous demander un peu de patience. A moins que vous ayez pris le wagon de tête à qui le ciel a décidé de sourire.

Après deux semaines de course sur Virtual Regatta, vous êtes probablement encore au large du Brésil, mais ce n’est pas le moment de siroter une caïpirinha. Selon votre position dans l’Atlantique, les vents dictent des stratégies bien différentes et c’est Michel Desjoyeaux en personne qui vous souffle la vôtre.

- Vous êtes autour ou derrière Kito de Pavant (12e sur Bastide Otio)

« Dans cette situation et si vous aviez déjà pris l'est d'assaut, il faut changer son fusil d’épaule. L'objectif est de récupérer l’anticyclone, en plongeant vers le sud et enrouler cette bulle au portant », conseille le double vainqueur de l’épreuve (2001 et 2009). De Pavant est l’un des rares à avoir braqué vers l’ouest. Si l’heure n’est pas à la fête (10 nœuds de moins que les premiers), dans 24 heures les vents gonfleront généreusement votre spi. Beaucoup plus que si vous coupez en suivant les leaders.

A lire aussi >> le Vendée Globe en live

- Vous êtes autour de Thomas Ruyant (11e sur le Souffle du Nord)

Désolé, mais c’est beaucoup moins limpide. « Ici, mon cœur balance. La situation est très incertaine. Il va falloir certainement tourner la page de la route courte et plonger également », estime Michel Desjoyeaux.

A lire aussi >> Virtual Regatta: Michel Desjoyeaux explique comment utiliser les polaires

- Vous êtes devant et sur la gauche de Jean-Pierre Dick (10e sur StMichel-Virbac)

Ça passe… ou ça casse. Comme les leaders du Vendée Globe, vous pouvez continuer de couper vers l’est en direction du cap de Bonne-Espérance. Mais vous risquez de rester figé devant votre écran à prier Eole. « Le trou de souris reste ouvert, mais ça va être dur à tenir », prévient le consultant BFM et RMC.

Dans 48 heures, les vents souriront un peu plus à Kito de Pavant (cerclé de rouge) et ses voisins
Dans 48 heures, les vents souriront un peu plus à Kito de Pavant (cerclé de rouge) et ses voisins © DR
Jérémy Bilinski