RMC Sport

Erriyon Knighton, le phénomène de dix-sept ans qui bat les records de Bolt (et qui sera à Tokyo)

Il a commencé l’athlé il y a moins de trois ans, pour travailler sa vitesse pour le foot US. Et il vient de battre le record du monde U20 du 200 mètres d’un certain Usain Bolt. A dix-sept ans. Avec son 19’’84 aux Trials US, l’Américain Erriyon Knighton s’est qualifié pour les Jeux de Tokyo et a confirmé son statut de nouveau phénomène du demi-tour de piste. Présentation d’un garçon dont on n’a sans doute pas fini d’entendre parler.

On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans. Mais on peut déjà courir vite. Très vite. Demandez à Erriyon Knighton. Le nom ne vous dit rien ? Vous allez sans doute vite apprendre à le connaître. Troisième de la finale du 200 mètres des Trials US – championnats des Etats-Unis et qualifications olympiques – ce dimanche à Eugene (Oregon), derrière le champion du monde Noah Lyles (19’’74, meilleure performance mondiale de l’année) et Kenny Bednarek (19’’78), le sprinteur américain a coupé la ligne en 19’’84, nouveau record personnel mais surtout nouveau record du monde U20 (juniors). Qu’il avait déjà battu en demi-finale, avec 19’’88, pour effacer des tablettes un certain… Usain Bolt et ses 19’’93 réalisés en avril 2004, moins de trois mois après la naissance de Knighton.

De 20''11 fin mai à 19''84 fin juin

Une performance qui lui a également offert son billet pour les Jeux de Tokyo, où il deviendra le jeune athlète masculin américain à participer à la grand-messe olympique depuis Jim Tyun en 1964. Pas mal, et même mieux que ça, pour quelqu’un qui vient de boucler son avant-dernière année de lycée à la Hillsborough High School de Tampa, en Floride. Entre le record du monde du 400 mètres haies signé Sydney McLaughlin, première femme sous les 52 secondes (51’’90) sur la discipline, l’ultra impressionnant doublé hauteur-longueur de JuVaughn Harrison et la deuxième meilleure perf américaine de l’histoire sur 800 mètres pour la jeune (dix-neuf ans) Athing Mu en 1’56’’07, la journée de dimanche n’a pas manqué de performances XXL aux Trials US. Mais avec Erriyon Knighton, c’est encore autre chose. Comme un avenir qui s’écrit en direct.

Une question qui se pose, aussi: et si l’athlétisme avait trouvé son nouveau "visage"? Le phénomène américain repousse chaque fois un peu plus les limites de la précocité. Son meilleur temps avant les Trials, où il a également signé 20’’04 en séries pour améliorer une première fois le record U20 américain (20''07 par Lorenzo Daniel en 1985) et le record "lycéen" des Etats-Unis qui appartenait à Lyles avec 20’’09 depuis les Trials 2016 (et le record U20 américain)? 20’’11 fin mai lors du Duval Challenge à Jacksonville (Floride), ce qui lui avait permis de battre le record du monde U18 (cadets) également détenu par Usain Bolt (20’’13) et désormais descendu à 19’’84. Knighton est aujourd’hui le seul sprinteur de l’histoire sous les 20’’ en U18. Et seul le triple champion olympique jamaïcain des 100 et 200 mètres l’accompagne dans cette catégorie chez les U20. Le tout, et c’est une dinguerie, pour sa… troisième saison sur les pistes!

Erriyon débute l’athlétisme en 2019, lors de sa première année à Hillsborough. A l’époque, son grand truc est le football américain, où ce wide receiver (receveur) affiche des qualités évidentes et un possible avenir. Son coach, Joseph Sipp, est également celui de la section athlé du lycée. Pour l’aider à travailler sa vitesse et faire plus mal aux défenseurs, il l’oriente vers le tartan. Où son potentiel va vite éclater. Dès sa première saison, il est chronométré à 10’’66 sur la ligne droite et 21’’59 sur le demi-tour de piste. Lors de la deuxième, en août 2020, aux AAU Junior Olympics, alors qu’il n’a plus couru en compétition depuis plus de six mois en raison de la pandémie mais a gagné quelques centimètres bienvenus, les marques tombent: 10’’45 puis 10’’29 au 100 mètres et surtout 21’’28 puis 20’’33 sur 200, un temps qui en faisait le deuxième U20 le plus rapide de l’histoire derrière "la Foudre".

Erriyon Knighton lors de sa victoire en demi-finale des Trials US en juin 2021
Erriyon Knighton lors de sa victoire en demi-finale des Trials US en juin 2021 © AFP

En une compétition, le garçon de seize ans a gagné 1’’06 sur le 200! "J’ai juste fait de mon mieux", savoure-t-il alors, pas vraiment conscient de ce qu’il vient de réaliser. La réalité va vite le rattraper. Après son 20’’33, Adidas le contacte pour lui proposer un contrat. Après un mois de réflexion, il décide de passer pro, ce qui survient début 2021. Il dit adieu aux compétitions lycéennes et à la perspective d’une carrière universitaire en NCAA, même s’il continuera à suivre des études prises en charge par son équipementier. Mais surtout à son premier amour, le foot US, malgré des offres de bourse de plusieurs facs.

"Tout est un peu nouveau pour moi"

"J’ai grandi avec le football toute ma vie et j’ai reçu beaucoup d’offres d’universités de Division 1 donc c’était une décision difficile, confirme-t-il. Mais c’était aussi un choix simple. Sur la piste, le succès de ma carrière ne dépend que de moi, et je sais que je peux y arriver. C’est ma décision. Je n’ai pas l’impression de faire une erreur. Ce qui me motive est de voir des gens meilleurs que moi car je veux être le meilleur. Si tous les gens travaillent dur, je veux travailler deux fois plus. Je sais que le niveau supérieur demande plus d’entraînement. Ce ne sont plus des compétitions de lycée! Mais si je travaille dur, je crois que je peux devenir un athlète de classe mondiale." Mission plus que bien lancée. Il y a quelques semaines, Knighton planifiait de "descendre sous les 20’’". Il a vite respecté sa parole: "J’ai appris à ne pas avoir peur et à faire ce que j’ai à faire. Je commence à me familiariser avec tous les voyages et les compétitions. Tout est un peu nouveau pour moi. J'apprends énormément chaque jour." La concurrence peut prendre peur pour la suite…

Avec son beau gabarit, 1,91 mètres pour 77 kilos, et ses longs segments, ses grandes foulées ont vite entraîné des comparaisons avec Bolt dans la presse floridienne. Désormais, elles se font grâce aux chronos. Alors, une carrière à la Usain en perspective? On sait assez combien les destins ne sont pas linéaires dans le sport pour trop s’enflammer. Mais l’adolescent – qui possède également un record à 10’’16 sur 100 mètres, deuxième meilleure performance U18 de l’histoire, et a signé un 9’’99 début mai avec un peu trop de vent pour voir son temps être officialisé, alors qu’aucun gamin de dix-sept ans n’a jamais brisé la barrière des dix secondes et que seul l’Américain Trayvon Bromell l’a fait chez les U20 (9’’97) – a "beaucoup de potentiel", "très faim" et "tout ce qu’il faut pour réussir" dixit John Regis, médaillé d’argent mondial sur 200 en 1993 devenu un de ses deux agents chez Stellar Athletics avec un autre ancien sprinteur pro (Ramon Clay).

Désormais coaché par Jonathan Terry au My Brother’s Keeper Track Club, à Riverview (Floride), Erriyon Knighton peut encore battre son record du monde U20 jusqu’à… fin 2023! Autant dire que Bolt pourrait rapetisser dans le rétroviseur dans les mois/années à venir. "Tout est très excitant avec lui, s’enthousiasme son entraîneur. C’est une bénédiction de l’avoir!" A Tokyo, Lyles et Bednarek seront a priori des concurrents difficiles à aller chercher. Mais comment avoir des certitudes face à un phénomène capable de signer 19’’84, avec le pire temps de réaction au départ (et de loin) des huit finalistes, en moins de trois saisons d’athlé? Et s’il grattait encore quelques dixièmes aux Jeux? Et s’il remportait l’or olympique à dix-sept ans? L’idée paraît folle. Avec Erriyon Knighton, elle ne l’est peut-être pas tant que ça.

https://twitter.com/LexaB Alexandre Herbinet Journaliste RMC Sport