RMC Sport

F1 : Hamilton-Alonso, le ticket gagnant à Monza

Lewis Hamilton et Fernando Alonso

Lewis Hamilton et Fernando Alonso - -

Vainqueur à Monza devant l’incroyable Sergio Perez (Sauber), Lewis Hamilton (McLaren) remonte à la 2e place du championnat du monde. Fernando Alonso (Ferrari), 3e ce dimanche, profite de la faillite des Red Bull pour accroitre son avance.

Hamilton se replace
Bien loin des chronos et du bitume, la semaine de Lewis Hamilton avait été agitée par la rumeur qui l’expédiait chez Mercedes la saison prochaine pour succéder à Michael Schumacher. Le pilote britannique a répondu sur la piste avec un week-end parfait à Monza. Auteur de la pole, il a mené le Grand Prix de bout en bout, signant sa 3e victoire de la saison, la 20e de sa carrière. Déjà vainqueur en Hongrie le 29 juillet, Hamilton confirme son bel été et passe de la 5e à la 2e place au classement général des pilotes. A sept Grands Prix de la fin du championnat, Hamilton s’impose comme l’un des principaux rivaux d’Alonso au volant d’une McLaren qui reste sur trois victoires consécutives.

Alonso conforte son leadership
Quelques mots lâchés en italien sur le podium, une caméra arrachée aux reporters transalpins pour filmer lui-même la foule… Fernando Alonso a soigné sa cote de popularité auprès des tifosi après sa 3e place « à domicile », au volant de sa Ferrari. Victime d’un problème mécanique en Q3 samedi, Alonso s’est élancé en 10e position sur la grille de départ ce dimanche. « Je me rattrape avec la 3e place, s’est réjoui le pilote de la Scuderia. On avait la machine la plus rapide. » L’Espagnol porte son total de point à 179 unités, soit une marge 37 points sur son premier poursuivant Lewis Hamilton. De quoi se montrer optimiste pour la suite. « Si on continue de cette manière, ça devrait sourire », a ainsi lâché Alonso sur le podium face à un public en liesse.

Le flop Red Bull 
La crise couve chez Red Bull, qui n’a plus gagné depuis quatre Grands Prix et la victoire de Mark Webber à Silverstone (Grande-Bretagne). Sur le circuit de Monza, les monoplaces de Webber et Vettel ont été contraintes à l’abandon. Pire, le comportement de l’Allemand ce dimanche interpelle. Coupable d’un écart pour empêcher Alonso de le dépasser dans une courbe très dangereuse, Sebastian Vettel a écopé de 25 secondes d’arrêt au stand. « Ce n’est pas digne d’un champion du monde, s’est emporté Patrick Tambay, consultant F1 de RMC Sport. Ce n’était pas une erreur. C’était une agression circonstanciée. » L’écurie autrichienne ne compte plus que quatre points d’avance sur McLaren en tête du classement des constructeurs.

Le grand show de Perez 
Un homme a crevé l’écran ce dimanche sur le circuit le plus rapide de la saison. Au volant de sa Sauber, Sergio Perez, parti de la 12e place, a franchi la ligne d’arrivée en deuxième position. Il échoue à quelques secondes d’Hamilton après deux superbes dépassements sur Massa et Alonso dans les derniers tours. La stratégie à un arrêt du jeune Mexicain (22 ans) a payé. Parti en pneus durs, son passage en souples en fin de course lui a permis d’enchainer une incroyable série d’attaques, rendant presque une seconde à ses adversaires ! Alors qu’il est annoncé comme un possible successeur à Felipe Massa chez Ferrari, son dépassement sur le Brésilien avait des allures de passation de pouvoir…

dossier :

Lewis Hamilton

Sylvain Reignault avec Antoine Arlot