RMC Sport

GP d’Allemagne : Rosberg pourrait semer Hamilton

-

- - -

Nico Rosberg en pole, Lewis Hamilton en fond de grille. A Hockenheim ce dimanche (14h), le leader du championnat du monde aura les cartes en main pour reprendre ses aises au classement général, devant son coéquipier chez Mercedes.

C’est un duel au sommet qui semblait se profiler ce week-end, lors du GP d’Allemagne. A Silverstone il y a deux semaines, Lewis Hamilton était revenu à quatre points seulement de son coéquipier Mercedes, Nico Rosberg, à la faveur de l’abandon de ce dernier. Samedi, l’Allemand avait remporté la première séance d’essais libres, le Britannique la seconde. L’opposition a finalement tourné court.

Dès les premiers tours de la Q1, Hamilton, victime d’une rupture de son frein avant droit, quitte la piste et heurte violemment le mur de sécurité. Un tour en 1’18’’683 lui permet de minimiser la casse, avec une 16e place à la clé (15e avec la pénalité de Gutierrez). Mais le champion du monde 2008 ne partira qu’en 20e position après avoir écopé d’une pénalité de cinq places, pour avoir changé sa boite de vitesse.

Un accroc d’autant plus préjudiciable que pendant le même temps, Rosberg s’est baladé sur le tracé d’Hockenheim pour décrocher quelques minutes plus tard sa quatrième pole de la saison (1’16’’540), la neuvième de sa carrière, sa première en Allemagne. « C’est fantastique d’être en pole, ici à domicile. Bien sûr, j’aurais préféré une vraie bataille avec Lewis », confiait le pilote Mercedes, à l’issue de la séance.

Grande quinzaine pour Rosberg

Derrière Rosberg, les Williams n’ont pas démérité. Avec seulement 219 millièmes de plus au chrono, Valtteri Bottas s’offre la première ligne, aux côtés du leader du championnat. Son coéquipier brésilien Felipe Massa partira en deuxième ligne, accompagné du Danois Kevin Magnussen (McLaren). Pas de quoi angoisser Rosberg : « Est-ce que j’ai peur ? Non, mais j’ai du respect pour les Williams. Je vais regarder où elles sont. Je vais essayer de partir devant et de m’éloigner. »

Rosberg aura l’occasion ce dimanche de conclure en beauté une quinzaine riche en émotions, marquée par son mariage et sa prolongation avec Mercedes, sans oublier le sacre de la Mannschaft au Brésil. L’Allemand pourrait reprendre 29 points d’avance, à condition qu’Hamilton n’empoche pas le moindre point et surtout que sa boite de vitesse résiste mieux qu’à Silverstone. 

Le titre de l'encadré ici

|||Des Bleus en demi-teinte Du côté des Tricolores, le bilan n’est pas étincelant. Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) a dû se contenter d’une 13e place, deux rangs devant Romain Grosjean (Red Bull). Jules Bianchi (Marussia), particulièrement brillant à bord de la Ferrari de Räikkönen lors d’essais organisés à Silverstone, a terminé 18e.  Des Bleus en demi-teinte Du côté des Tricolores, le bilan n’est pas étincelant. Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) a dû se contenter d’une 13e place, un rang devant Romain Grosjean (Lotus), qui bénéficie de la pénalité d'Esteban Gutierrez (Sauber). Jules Bianchi (Marussia), particulièrement brillant à bord de la Ferrari de Räikkönen lors d’essais organisés à Silverstone, a terminé 18e. 

dossier :

Lewis Hamilton

La rédaction