RMC Sport

Hamilton a sa « French touch »

Lewis Hamilton

Lewis Hamilton - -

Après une saison 2011 compliquée, Lewis Hamilton (McLaren) a corrigé le tir pour ce nouvel exercice. En fin de contrat, le Britannique, deuxième des qualifs à Montréal, est désormais entouré par un Français pour gérer sa carrière.

Son entrée dans le monde la F1 avait été fracassante, tonitruante. Vice-champion du monde en 2008 à seulement 22 ans, Lewis Hamilton s’était même payé le luxe de s’offrir le titre dès 2009. Tout roulait parfaitement pour le natif de Tewin, une province du Royaume-Uni. Et puis sa baisse de performance a commencé à se faire sentir. La saison dernière a même été compliquée pour le pilote McLaren-Mercedes. Décevant sur la piste, Hamilton a été critiqué pour sa trop grande agressivité sur l’asphalte. Il a même failli en venir aux mains avec Felipe Massa (Ferrari) après un énième accrochage entre les deux hommes.

Côté vie privée, il a connu quelques déboires avec sa compagne Nicole Scherzinger, la célèbre chanteuse du groupe les Pussycat Dolls. Alors à l’intersaison, Hamilton a décidé de tout changer. Il a réduit sa garde rapprochée et s’est offert les conseils d’un manager français. « Il s’est rendu compte que certaines choses étaient à prendre en compte, souffle Didier Coton, son nouveau conseiller. C’est le panache des grands champions de se remettre en question tout le temps, pour arriver au meilleur de soi-même. » Lewis Hamilton n’a pas hésité non plus à rappeler son père, même s’il est moins présent qu’il y a deux ans.

Chez Red Bull dès 2013 ?

« Il essaie d’avoir un environnement qui est une garde fidèle et avec qui il peut travailler à 100%, confie le manager de la société ‘‘XIX Entertainment’’ en charge du britannique. Mon rôle est de l’aider dans le maximum de choses qui pourraient le soulager et qu’il veut réaliser. Sur du détail ou de la logistique. » Grâce à cette nouvelle réorganisation, les résultats suivent déjà. McLaren n’est pas au premier plan dans ce championnat très ouvert parce que l’équipe a fait de nombreuses erreurs (problème dans les stands, pénalités…). Mais sans elles, Hamilton serait certainement en tête du championnat du monde à l’heure actuelle.

Quatrième à 13 petits points du leader du championnat Fernando Alonso (Ferrari), l’objectif du titre reste jouable, surtout avec sa deuxième place des qualifs ce samedi à Montréal. « Il n’y a pas d’autres objectifs que de se battre pour le championnat, termine Didier Coton. Faire 20 Grands Prix avec tout ce que ça représente au niveau des sacrifices pour seulement venir boire une tasse de thé, ce n’est pas très intéressant. Le but de l’opération, c’est le championnat du monde. » En fin de contrat à l’issue de l’exercice 2012, Hamilton tarde à prolonger son contrat. McLaren voudrait revoir son contrat à la baisse et des rumeurs envoient même le pur produit de l’écurie de Ron Dennis chez Red Bull. Un titre de champion du monde l’aidera certainement à clarifier sa situation.

dossier :

Lewis Hamilton