RMC Sport

MotoGP: "L’objectif, c’est de se battre pour le titre", affirme Quartararo

Fabio QUARTARARO le 10 mars 2021.

Fabio QUARTARARO le 10 mars 2021. - Gold and Goose / Icon Sport

A une semaine du premier Grand Prix de la saison de MotoGP au Qatar (28 mars), Fabio Quartararo affiche ses ambitions. Maintenant équipé de la Yamaha officielle, le Niçois vise le titre mondial. Pour accomplir ce rêve, il devra régler ses problèmes de régularité.

L’an passé, Fabio Quartararo a remporté trois Grands Prix. A part son coéquipier Franco Morbidelli, aucun pilote du plateau MotoGP n’a fait aussi bien. Pourtant, "El Diablo" a buté à 44 points de Joan Mir (Suzuki), à une tristounette 8e place. Le Niçois avoue avoir manqué de jugeote sur certaines courses: "On a terminé la saison dernière avec des problèmes techniques et des problèmes en course. Il y a eu des Grands Prix où j’aurais pu faire 6e ou 7e. Mais je poussais trop et je chutais. Cela aurait pu faire une grande différence de points à la fin de saison."

L'entrée dans le grand monde

Quartararo sait qu’il a abandonné deux fois. Deux hors course auxquels il faut ajouter une 13e, deux 14e et une 18e place. Loin de la régularité de Mir, deux abandons aussi, mais jamais pire qu’une 11e position, et 7 podiums sur les 10 autres courses. A l’intersaison, Quartararo a sauté sur la selle de Valentino Rossi sur la Yamaha officielle tandis que le nonuple champion du monde a récupéré la Yamaha satellite du Français dans le team Petronas. C’est l’entrée dans le grand monde avec cette cohorte de mécaniciens, ingénieurs, aux petits soins pour le garçon de 21 ans. C’est lui et son coéquipier Maverick Viñales qui impulsent les pistes de développement sur son monstre de 300 chevaux.

Chez Petronas, il subissait les choix de Rossi et Viñales et ses conseils n’avaient pas autant l’oreille des patrons japonais: "J’ai fait énormément plus de tests que chez Petronas. Chez Petronas, je n’avais pas de pouvoir à dire, 'ça ne tourne pas il faut changer'. En tant que pilote officiel je peux dire c’est un peu mieux ou un peu moins bien, il faut aller dans cette direction. Les ingénieurs japonais sont plus concentrés sur un pilote officiel qu’un pilote satellite." Quartararo s’est rapidement montré à l’aise avec la M1 lors des premiers essais au Qatar. Hormis, le premier jour de tests, il a squatté le top 3 de la feuille de temps. Des essais pas vraiment révélateurs car bien utilisés pour tester le maximum de matériel au détriment de passages en réglages qualification ou course.

"L’objectif c’est de se battre pour le titre"

Cette livrée 2021 est encore en développement. Elle n’est pas encore au niveau de la Yamaha 2019 selon Quartararo, la meilleure moto qu’il a conduite. Pas grave, il s’estime capable de remporter le titre. "Oui", répond-il, la couronne planétaire est son objectif. Il sait aussi qu’il faudra régler ses problèmes de régularité: "Même si on a encore des difficultés, l’objectif c’est de se battre pour le titre, il faudra être vraiment concentré. Quand il y a des course sur lesquelles on ne peut pas se battre pour la victoire, il faut marquer le maximum de points. Cette frustration de la saison passée est partie assez vite."

L’an passé, il s’est perdu en se démultipliant. Quartararo a avoué s’être trompé en essayant de tout choisir. En oubliant tout simplement d’être pilote. Pour ne plus se tromper, il s’est fait accompagner par un psychologue: "Je disais la moto ne va pas, quels réglages il faut faire, quel matériel il faut mais ce n’est pas mon travail ça. Je dois donner mon ressenti mais pas essayer de trouver un réglage de moto. Au Qatar j’étais tranquille et ça m’a fait du bien de travailler avec ce psy pour être plus calme et me concentré sur ce que je dois."

Et il en faudra de la concentration. Avec Marc Marquez, de retour de sa fracture du bras, Quartararo a récupéré un adversaire supplémentaire.

Morgan Maury