RMC Sport

Gobert : "Je ne peux pas faire n’importe quoi"

Rudy Gobert

Rudy Gobert - AFP

Invité ce dimanche de Direct Laporte, Rudy Gobert est revenu sur les raisons de son forfait pour le TQO aux Philippines (4-10 juillet). S’il se plie à la volonté de son club, le pivot des Utah Jazz affirme sa volonté de participer aux JO de Rio en cas de qualification des Bleus.

Rudy, est-ce vous ou votre club qui a décidé que vous ne participeriez pas au TQO ?

C’est une décision prise d’un commun accord avec le club, qui ne souhaite pas que j’y aille, par rapport aux dates et à ma blessure en fin de saison. C’est une grosse entorse et je dois me soigner. Utah me veut là-bas pour le mois de juin afin de travailler sur mon corps et essayer de soigner cette cheville.

Sans cette blessure, pensez-vous qu’Utah vous aurait laissé jouer ?

Je ne sais pas vraiment mais il est vrai que les dates du TQO sont très compliquées et c’est à la FIBA de faire en sorte que ce soit mieux.

Pourrez-vous tout de même participer aux JO en cas de qualification ?

Les dates sont beaucoup plus favorables (5-21 août). A partir du moment où j’ai signé et que le club est d’accord, alors oui bien sûr. J’ai toujours dit que je souhaitais participer aux JO, surtout avec ce qui est arrivé l’année dernière (3e place à l’Euro en France, ndlr). Je veux ma revanche et je pense que toute l’équipe la veut. Le club ne peut pas interdire d’y participer mais il peut le faire comprendre…

« Ce n’est pas moi qui prends la décision »

Vous faites partie des cinq meilleurs défenseurs dans la raquette en NBA. Avez-vous vraiment changé de statut ces derniers mois ?

C’est vrai que je m’en rends compte un petit peu maintenant, même si mon but est de continuer à progresser et de tirer mon équipe vers le haut. Mais chaque année j’évolue et je travaille pour, donc il n’y a pas de raisons.

Cela vous demande beaucoup de travail…

Les gens ne se rendent pas compte qu’avec ma taille, je ne peux pas faire n’importe quoi avec mon corps. Quand j’ai des blessures il faut que je les soigne pour ne pas rechuter mais on ne se rend pas compte de tout le travail qu’il y a derrière pour être en bonne santé et capable d’être sur le terrain.

Patrick Beesley (DTN) a déclaré que les joueurs qui ne joueront pas le TQO n’iront pas aux JO. Qu’en pensez-vous ?

Ce n’est pas moi qui prends la décision. Le sélectionneur, c’est Vincent Collet, pas Patrick Beesley. C’est difficile, mais Vincent veut gagner et d’autres jeunes joueurs souhaitent gagner en expérience, donc cela conviendra aux jeunes. S’il y a cinq ans on m’avait dit « viens faire le TQO mais pas les JO », j’aurais évidemment été d’accord.

En signant votre prochain contrat (on parle de 100 millions de dollars sur cinq ans), vous pourriez devenir le sportif français le mieux payé, c’est assez dingue…

C’est dingue mais la NBA a pris une dimension assez extraordinaire avec les contrats TV. C’est un sport très populaire, c’est très suivi, donc les salaires augmentent.