RMC Sport

Jeep Elite: la LNB confirme une phase finale malgré la grogne des joueurs

La Ligue nationale de basket (LNB) a décidé de maintenir la tenue de la phase finale de la Jeep Elite, malgré la grogne des capitaines des équipes, se plaignant du nombre trop important de matchs.

Le comité directeur de la Ligue nationale de basket (LNB) a tranché, ce vendredi: il y aura bien une phase finale en Jeep Elite, cette saison. Le format était contesté par les capitaines des 18 équipes de l’élite, qui avaient signé un courrier la semaine dernière. Dans celui-ci, ils se plaignaient du nombre de matchs supplémentaires qu’une telle organisation engendrait et demandaient à ce que le championnat soit déterminé selon le classement de la saison régulière. Ils n’ont pas été entendus.

Une phase finale sous condition...

"Le Comité Directeur de la Ligue Nationale de Basket s’est prononcé ce vendredi 28 mai en faveur de l’organisation d’une phase finale pour le championnat de Jeep® ELITE à une très forte majorité, indique un communiqué. Cette phase finale se déroulera donc sous réserve que les 34 journées de la saison régulière soient complètes avant le 20 juin, et qu’une salle de plus de 3.000 places soit disponible pour son organisation."

... et un format encore indéterminé

Ces phases finales restent dont suspendues à certaines conditions mais apparaissent aussi dans le flou au niveau du format adopté. "Le format définitif de cette phase finale a fait l’objet d’un débat qui devra être tranché définitivement le mercredi 2 juin avant 17h", précise la LNB. En février dernier, 95% des présidents de clubs avaient voté en faveur d’un Final 8 organisé du 25 au 27 juin. Le communiqué laisse entendre que ce schéma n’est pas encore acté.

Le gros coup de gueule de Parker

La semaine dernière, Tony Parker, président de l’ASVEL, avait piqué une grosse colère et fustigé le courrier des capitaines. "Quand tu vois que les joueurs NBA ont fait 72 matchs, "des back-to-back" sur "back-to-back" (deux matchs en deux jours, ndlr) cette année, avait-il pesté dans L'Equipe. Nous, on s'est reposés, on a joué de novembre à février un ou deux matchs par mois et après, on ne veut même pas jouer. Franchement, c'est une blague! Par contre, quand on va les voir pour baisser le salaire, là, il n'y a personne. Il faut qu'ils arrêtent."

"Les joueurs sont payés jusqu'au 30 juin, ce n'est pas comme si on leur en demandait en plus, avait poursuivi le quadruple champion NBA avec les San Antonio Spurs. Tu as été payé pendant tous ces mois, tu étais bien content de toucher ton salaire à 100 %. En plus, on parle d'une saison régulière qui finit le 15 juin et le top 8, c'est dix jours après. Il y a largement assez de temps pour se reposer et préparer les play-offs. Et cela ne concerne que huit clubs sur les dix-huit. Pour moi, la fatigue n'est pas un argument. Ils ont la chance d'être payés bien plus que la moyenne des Français. Tu fais un métier, c'est ta passion et là, tu veux m'expliquer que tu es fatigué, mais tu veux quand même continuer à être payé? À un moment donné, il y a des limites au système et il ne faudrait pas trop les dépasser."

NC